Nouvellement à nouveau célibataire

Bonjour,

J’étais avec mon compagnon depuis un peu plus de 3 ans et demi (juillet 2016), depuis quelques mois notre relation s’est compliquée. Il a un trouble du déficit de l’attention (TDA) et a été diagnostiqué en juin dernier seulement, à 47 ans !, au lieu de l’aider ce diagnostic l’a enfoncé un peu plus dans ses symptomes. Avant le diag, il pensait être anormal, après le diag, il était malade, et donc dès qu’il fait un truc différemment des autres, il brandit son TDA comme excuse… Depuis notre relation s’est empirée : il n’a plus de patience avec moi, me manque de respect… on est devenu petit à petit des colocataires et quand je lui proposais des solutions pour resouder le couple, il s’énervait…

On s’est séparé mais il revenait, on a fait un break mais il est revenu et finalement le 26 janvier il m’a menacé de me pousser à bout pour que je le frappe et qu’il appelle la police. J’ai eu peur, qu’il me pousse à bout et que je me fasse du mal à moi, j’ai appelé la police, ils sont venus, lui ont demandé de prendre l’air, quand il est revenu, il a rompu en disant que cette fois c’était définitif…

Bien sûr j’ai eu du mal à l’accepter, mais comme tout le monde le dit c’est peut être un mal pour un bien… Maintenant c’est la question du logement qui se pose… Nous sommes locataires, tous les 2 sur le bail, dans le privé. Moi j’ai une demande de logement social active depuis 5 ans à la Mairie et en tant qu’employée communale je suis prioritaire. Le logement actuel nous convient bien mais il est cher, on ne peux le payer qu’à 2 et il est plein de souvenirs de couple, notamment le dressing est dans la chambre où il s’est installé, il n’a donc pas vraiment de vrai lieu où s’isoler puisque je dois pouvoir m’habiller.

4 solutions me sont venues à l’esprit :

  1. L’un de nous quitte le logement et l’autre y reste, notre bail repart en juin pour 3 ans, mais le loyer reposera sur un seul salaire, pas faisable sur le long terme ni pour l’un ni pour l’autre. Et il faut que celui qui part trouve un logement

  2. On reste tous les 2 en coloc dans cet appartement, on partage le loyer, on a 3 ans pour trouver une solution de relogement chacun de notre coté.

  3. On part tous les 2 d’ici, mais faut trouver un logement chacun dans un délai presque semblable sinon on se retrouve à laisser l’autre dans le caca à payer seul le logement actuel et on se retrouve en situation 1.

  4. On cherche un logement social en colocation, avec chacun sa chambre, sur ma demande vu qu’elle est active depuis longtemps. Ca permettra que j’ai un grand logement que je pourrais garder quand il partira (ben oui on ferra pas ça toute la vie lol) et lui ça sera moins cher qu’ici donc il pourra faire des économies pour se loger après, et ça sera un nouvel espace qu’on pourra organiser chacun chez soi…

Moi c’est la solution 4 qui me parait la plus agréable pour moi car je pourrais garder l’appart après, alors que si je demande un appart social seule, j’aurai un studio ou un F2 et je vais me sentir à l’étroit vu que j’ai toujours eu de grands logements (au moins 55m2), mais beaucoup de gens me disent que ça ne sera pas vivable. Des avis ? Quelqu’un a déjà colocationner ? Avec un ex ?

1 J'aime

Je pense aussi que la solution 4 est la meilleure, mais en lui donnant une dead line pour qu’il déménage.
Surtout avec un TDA dont la tendance à procrastiner est élevée.

Dommage que le diagnostic vous ait séparé, il n’a pas accepté la main tendue.

Je suis en couple depuis 20 ans avec un tda (non diagnostiqué, il dit que ça ne lui apportera rien)et un de mes fils l’est (diagnostiqué depuis ses 7 ans) donc je suis au taquet sur le sujet.
Le diagnostic de mon fils m’a permis de comprendre mon conjoint, on a changé notre façon d’éduquer nos fils et je suis devenue maîtresse du «y a pas mort d’homme, il n’y a pas de danger donc ce n’est pas grave »

Si tu veux échanger en mp, n’hésite pas (je peux lui conseiller des espaces de discussion pour tda/h adulte si il veut)

2 J'aimes

Moi j’ai peur avec la solution 4 que si il veut t’embêter il ne parte pas…
Moi j’aurais choisi la 3 mais ça n’engage que moi

1 J'aime

Quand je me suis séparer avec mon ex, le souci n’était pas de payer le loyer mais de trouver le bon endroit.
Je suis partie la première car c’était ce que je voulais.
Mon ex a pris plus de temps que prévu pour partir, et cela est devenu un souci niveau finance.

Je suis partie au bout de 2 mois (difficile de trouver plus vite dans ma ville), la cohabitation n’a pas été facile, même si nous sommes amis maintenant.

Le truc, c’est que tu peux décider de choisir l’option qui te convient le mieux, mais vous êtes encore deux ici, et ce que lui veut et fera a autant d’importance.

Le plus tôt chacun peut partir de son côté, le mieux d’après moi.

Ma question, as-tu essayer de parler de ce sujet avec lui ?

Mathilde,

je ne pense pas que le problème soit la collocation avec un Ex mais plus le fait que vos relations ne soient pas bonnes et risquent d’être conflictuelles en cohabitation.

J’ai passé 5 ans en cohabitation financière avec mon Ex mais dans la mesure où il n’y avait pas d’animosité entre nous, cela s’est bien passé…(froid mais vivable).
Chacun sa chambre, tout le reste en commun mais pour autant chacun son intimité.
Il est vrai que la présence de notre fille nous a obligé à gérer ça de façon intelligente mais concernant la logistique, la cohabitation avec un ex n’est pas un problème si chacun y met du sien.

La solution 4 est aussi, selon moi la plus pérenne pour toi APRES son départ mais seule son attitude pourra faire en sorte que ce soit vivable ou pas. Les gens ont quand même eu raison de te mettre en garde ET comme le dit @Yayie il faudra établir une deadline dès le départ pour éviter que la situation ne s’enlise car le “quand il partira” peut durer s’il n’y met pas de bonne volonté.
Là dessus, je pense que toi seule peux juger si tu peux lui faire confiance sur son attitude et son respect de la date de son départ effectif.

La solution 3 est aussi pour moi une solution à envisager mais c’est fonction du marché de la location dans ta région…peut-être tater le terrain et voir si trouver 2 logements en locations à une même période est faisable ou pas.

La cohabitation même sans animosité n’a déjà rien de très agréable mais en cas de conflit, cela doit être juste invivable…c’est le risque de la Solution 4, il ne faudrait pas que tu t’y embringues et te retrouves coincée comme au début

Il me semble que tu m’en avais parlé dans mon sujet TDAH adulte sur VLR, c’était avant son diagnostic. Pour le moment il a été diagnostiqué, est suivi par un psychiatre et une psychologue et a un traitement, je pense qu’il est bien pris en charge, reste que les TCC ça prend du temps.

Donner une dead line pourquoi pas, mais il faut d’abord que j’ai une date de déménagement dans notre coloc. Et après je pense que ça sera envisageable de discuter d’un temps max.

1 J'aime

Ce n’est pas son genre. Ou alors il va m’embêter sous la colère puis quand il sera calmé, il va redevenir + réaliste et se rappeler ses engagements.

Et bien évidemment qu’il a son mot à dire, je lui ai d’ailleurs proposé la solution 4 et il a demandé un temps de réflexion jusqu’au 1er mars, pour voir en attendant si on arrive à vivre ensemble sans se disputer…

J’aurai aimé qu’on en discute mais il ne veut pas, il veut réfléchir seul… Moi j’ai l’impression que ça se passe plutot bien. Y’a des prises de becs, mais moins qu’en couple, maintenant je peux lui couper le sifflet ou partir, chose que je ne faisais pas quand on était ensemble pour ne pas le mettre en colère +.

Je le fais vraiment pour moi, pour le long terme…

1 J'aime

Tu penses pouvoir supporter cela ?
Tu penses que c’est sain pour toi, pour te reconstruire d’être à la merci de sa colère ?

1 J'aime

On connais jamais vraiment les gens et des fois les ruptures révèlent des choses. Moi mon ex c’est lui qui a rompu, c’était pas le genre à s’embêter avec moi mais il m’a fait galerer pour récupérer les clés de mon apart donc je me méfie de ce genre de choses.

2 J'aimes

Je ne trouve pas comment on cite…

Alors Anne, pour avoir un appart qui me plait oui je suis prête, sa colère je m’en fiche maintenant. Si il veut se mettre en colère et bien c’est à lui que ça fera le plus de mal, pas à moi, moi je n’ai plus à lui plaire, je dis ce que je pense et voilà…

Et Cha, il menace beaucoup mais au final n’agit pas en conséquence… Il suffit de laisser passer l’orage et il reprend ses engagements.

Il fonctionne beaucoup par punition : tu fais un truc qui lui plait pas, hop il sors manger dehors ou il te bloque sur facebook, ouil ne regarde pas la télé avec toi ou … bref c’est lui qui sait et toi tu es le petit gamin qui a fait une bêtise. Et bien ça ne me touche plus, je le laisse faire…

Tant que tu te sent en sécurité, c’est important :slight_smile:

Pour citer, tu surlignes le texte avec ta souris !

Nouvellement_%C3%A0_nouveau_c%C3%A9libataire_-Vie_de_famille-Couple-Relations-_CurvyLink

Et tu cliques sur Citer :wink:

Fantastique !!! Merci.

EN tout cas je ne me sens pas en danger.

L’impulsivité des TDA
Ça monte dans les tours et ça retombe aussitôt et ça change de conversation comme si rien ne s’était passé

Mathilde, à un moment donné tu sauras prendre la décision qui te parlera le plus, donc je ne saurais que te conseiller.

Mais je voulais te dire que je suis désolée pour toi de cette rupture. J espère que tu ne souffres pas trop pendant cette période difficile.

Curieusement pas tant que ça. Bon je ne suis pas heureuse, mais ce qui me rend le plus triste c’est d’être seule, et j’ai peur de le rester, de mourir seule… Comme je disais plus haut cela fait plusieurs mois que l’on était des colocataires, juste un smack matin et soir et encore si je le provoquais, il ne travaillait pas donc se couchait à 3h et se levait à 11h, , on ne se voyait pas de la journée et quand je rentrais le soir il discutait avec des amis sur skype ou discord et n’avait pas le temps ni pas envie de discuter avec moi… Il n’avait aucune patience avec moi et s’énervait dès que je disais un mot. Ca devenait invivable, mais je m’accrochais au fait que c’était le TDA et que ça allait passer, que ce n’était pas vraiment lui, qu’il n’avait pas été toujours comme ça… Je pensais qu’il m’aimait et qu’on pourrait surmonter ça… Mais je crois que tous les hommes avec qui j’ai été ne sont pas capable de se battre pour notre couple, ou alors je n’en vaut pas la peine…

Oui ça me laisse perplexe quand après une dispute où il a crié fort, il revient sur un autre sujet comme si de rien n’était… Moi je suis encore choquée, j’ai du mal à me remettre et lui hop il est ailleurs…

Tu n’es pas la seule, après 20 ans, ça m’épate toujours autant cette capacité à passer à autre chose en un clin d’œil
Avant je ruminais dans mon coin
Maintenant je remets le sujet sur le tapis en lui expliquant ce que moi je ressens et que moi, je ne passe pas l’éponge comme ça.
On avance comme ça, ruminer dans son coin c’est pas la solution

V[quote=“Mathilde, post:17, topic:136”]
Ca devenait invivable, mais je m’accrochais au fait que c’était le TDA et que ça allait passer, que ce n’était pas vraiment lui, qu’il n’avait pas été toujours comme ça…
[/quote]
Le TDA n’est pas une excuse pour tout.
Je suis sur un groupe de TDA adulte en qualité de « compagne de »
J’apporte souvent moins point de vue de conjointe et très très souvent, ils n’avaient pas du tout pensé à mon point de vue et ça, c’est un trait du TDA
Mais pas le je m’en foutisme ni l’ignorance de l’autre