Le travail c’est la santé... reconversion

Coucou!

Ce matin, ma sœur m’a (encore) parlé de mes « recherches » de travail.
L’intention est plutôt bonne, ma sœur pense souvent à me donner ses idées pour trouver du travail. Ça va de donner ma candidature au cabinet médical et à la pharmacie du village à postuler pour le drive de la grande ville à 30 kilomètres.

Pour l’instant, je suis encore en congé parental mais je réfléchis à reprendre une activité. L’arrivée et la première année de crevette 2 ayant été compliquée, je voulais être là pour lui.
Mais c’est vrai, j’ai peu travaillé dans ma vie (un travail rémunéré j’entends), j’ai fait quelques missions par ci par là : animatrice en périscolaire, accompagnatrice de bus scolaire, caissière, nounou à domicile.

Je crois que je me suis toujours plus ou moins cherchée professionnellement, et que ça soit dit en passant, je n’ai pas droit à des aides donc le manque de travail a forcément des conséquences sur notre vie MAIS j’ai la chance d’avoir un mari qui ne me met aucune pression et qui peut assumer financièrement.

La situation actuelle fait que deja, travailler au drive ou dans le commerce, c’est pas possible pour moi, je ne fais déjà plus mes courses en supermarché, ce n’est pas pour les faire pour les autres ou être en contact avec les gens.
Travailler en cabinet médical, même combat, en ajoutant en plus que ma maigre expérience en cabinet médical a été catastrophique.

Aujourd’hui, je réfléchis un peu, il est primordial pour moi de trouver un travail épanouissant. Je ne veux plus passer d’entretien d’embauche, j’en ai passé à la pelle, le problème est que j’ai beau ne pas me mettre la pression, quand j’entre dans le bureau, je perds mes moyens et à chaque fois je le vis mal, perds encore plus confiance en moi, bref.
Je suis en conversion (je ne dis pas reconversion parce qu’il faudrait avoir eu un travail pour cela :joy:)

Et vous, pour ceux qui ont changé de travail récemment, qui ont envisagé ou qui envisagent une reconversion, qu’en est-il ? Je veux tout savoir !

4 J'aimes

Pourquoi te ne ferai pas un bilan de compétence?
Cela te permettrait de savoir vers quelle direction aller avec tout ce que tu ne souhaites pas et pouvoir en parler avec des professionnels.

6 J'aimes

Merci lyla pour ta réponse :wink:.
A vrai dire, j’en ai déjà fait 2 : le premier disait qu’il me fallait un emploi avec les enfants (gros LOL) et le second c’était gestionnaire de paye…
sauf qu’en fait les formations de gestionnaire de paye sont hypra saturées.

1 J'aime

Hello !

Avant de répondre, à tes questions, je voudrais t’en poser.
As-tu vraiment envie de travailler, ou s’agit-il de pression sociale ou de ta sœur, ou d’une réelle nécessité financière ?

J’envisage une reconversion ; je suis en cours de bilan de compétence pour appuyer mon projet et éventuellement trouver d’autres pistes.
Je suis actuellement en CDI, je ne suis pas en détresse financière, mais je commence à cruellement manquer de sens dans mon travail qui ne me stimule pas vraiment et ne me correspond pas ou plus.
Je ne peux pas tout lâcher, je suis seule et n’ai personne pour me soutenir financièrement. Donc je compte soumettre un dossier de financement (PTP). Le but serait de repartir un an en fac pour décrocher un diplôme de traductrice audiovisuelle. J’avais déjà tenté une fois et ai eu un refus. Je fais les choses un peu différemment cette fois, on verra. Sinon, je me débrouillerai pour faire des formations par ci par là, quitte à me les financer (logiciel, gestion entreprise individuelle etc…). En vrai, mon but serait plus une semi-conversion. Rester un moment dans en CDI et négocier du temps partiel pour mon activité, au moins pour démarrer, parce que autant je n’aime pas trop ce que je fais, autant j’ai une peur bleue de me retrouver à survivre au lieu de vivre.

Trouver sa voie lucrative, c’est une vraie galère, sauf si tes passions sont le commerce et le marketing, et même là, ça devient compliqué maintenant.

Je suis « bloquée » par ma situation qui fait qu’était salariée, j’ai pas mille solutions pour me réorienter en continuant à payer mon loyer.

En revanche, tu n’as pas cet obstacle pour choisir ce que tu veux faire, alors mon conseil serait d’en profiter pour bien réfléchir, quitte à faire un bilan de compétence ou rencontrer des professionnels, faire plein de recherche…

Les boulots alimentaires, c’est pour survivre, ou si tu as besoin de retourner dans la vie active pour un peu de sous et de sociabilisation. Mais si tu cherches un métier qui t’épanouis, prends le temps si tu peux te le permettre. Une fois qu’on s’engage dans une voie qui ne correspond pas, ça devient vite compliqué, je trouve.

Bon courage en tout cas !

4 J'aimes

C’est une excellente question. Ma sœur me casse un peu les bonbons j’avoue parce qu’elle me cherche des boulots qui ne me conviennent pas. Parfois, où elle travaille, il y a des postes qui se libèrent, elle me dit de postuler (la, ça pourrait me correspondre car c’est du secrétariat) puis avant que j’ai le temps d’envoyer ma candidature, elle me dit que de toutes façons le poste est déjà pourvu (fonction publique). Du coup ça me démoralise encore plus.

Je n’ai pas de pression financière à proprement parler car mon mari subvient à nos besoins, c’est sûr qu’un salaire ce sont des sacrifices à faire mais pas des choses vitales.
C’est pour cela que je peux me permettre de prendre le temps et de réfléchir.

Je ne veux clairement plus de boulot alimentaire. Jusqu’à présent, je me disais « prends ce qu’on t’offre parce que tu DOIS travailler » alors qu’aujourd’hui j’ai conscience que mon épanouissement personnel passe aussi par un travail épanouissant.

La piste qui m’intéresse particulièrement actuellement est la sophrologie, j’aimerais bien passer 1 semaine auprès d’un sophrologue comme un « stage ».

Ton expérience est très intéressante en tous cas

3 J'aimes

Je suis assez d’accord avec ce que dit @Frenchiefreak, prends le temps de réfléchir et de savoir si tu en as vraiment besoin et/ou envie. Prends autant d’infos que tu peux en fonction de ce qui t’attire, quitte à poser des questions à des gens qui exercent une profession qui pourrait t’intéresser, ça aide à peser le pour et le contre :slight_smile:

En ce qui me concerne, je réfléchis aussi à une reconversion même si ça ne sera pas pour tout de suite, mais mon travail de secrétaire médicale ne me passionne pas autant qu’avant, c’est une profession qui se « dégrade » et qui viendra à disparaître un jour ou l’autre malheureusement.

Je suis tentée par deux options complètement différentes : passer un CAP pâtisserie (en candidat libre de préférence) ou alors me tourner vers quelque chose du genre coach ou psychopraticienne (oui je sais, c’est très à la mode xD).
J’ai toujours envie de faire quelque chose qui me permet d’être en lien avec les gens, mais d’une manière un peu différente.

J’attends un peu que mon homme trouve un poste qui lui plaît davantage et qu’il se stabilise un peu et qu’on sache où on en est niveau envie de bébé, parce qu’il faut bien admettre que travailler dans un CHU a ses avantages notamment au niveau des horaires ^^

4 J'aimes

Si tu n as aucune pression (à part celle de ta soeur :wink:), je rejoins les filles qui t ont dit de bien réfléchir et d oser prendre du temps pour cela.:kissing_heart:

3 J'aimes

Tu as passé où tes bilans de compétences ?

J’ai vu que tu voulais faire de la sophrologie en stage d’une semaine. Tu pourrais te reprocher de pole emploi pour savoir si c’est faisable par leur biais.

Qu’est ce que c’est psychopraticienne?

Le secrétariat médical, je trouve ça très hard, je ne suis vraiment pas douée dans ce boulot.
Je vous admire d’envisager une reconversion alors que vous avez une certaine sécurité de l’emploi, moi je n’ai rien donc je ne risque pas grand chose :joy:

La sophro me tente et beaucoup de personnes de mon entourage me voient bien dans ce domaine mais j’hésite toujours

Je les ai faits avec pôle emploi pour le 1er et le second c’était une entreprise mandatée par pôle emploi.
Je pense effectivement me rapprocher de pôle emploi mais j’essaye déjà de prendre un peu les devants :wink:

Tu as raison de prendre les devants, de vouloir te renseigner avant pour montrer déjà que tu as réfléchis à ton futur projet.

:kissing_heart:. Disons que je veux pouvoir dire : voilà ce que je veux, est ce que vous pouvez m’aider? Quelles sont les solutions?

J’ai très peur de me lancer en fait, j’ai peur de l’échec et j’ai peur aussi d’être nulle dans mon métier.
J’ai une ancienne collègue qui est devenue sophro et j’ai pu discuter de mon envie de me lancer dans cette voie, on a eu une discussion et elle m’a beaucoup rassurée et j’ai surtout pu voir qu’on avait des similitudes dans nos parcours et nos envies.

Elle m’a dit « si tu es convaincue que ça marchera, ça marchera » c’est le point qui bloque car j’ai déjà un peu réfléchi au reste (le lieu en particulier) et je ne vois pas d’embûches.

3 J'aimes

Tu ne peux pas demander a ta mairie s’ils n’ont pas un local non occupé pour faire ton futur métier, parfois, ils sont prêts à aider les gens à créer un métier et à promouvoir leur région.
Et de ton côté, chez toi, tu n’aurais pas une pièce où tu pourrais le faire.

Je suis d’accord avec ton ex collègue, quand on a la détermination, on peut tout réussir.
Il faut que tu montes ton projet pour savoir s’il y a des besoins dans ta région.
Mais vu le contexte actuel, je suis sûre que c’est une bonne idée.

De plus, tu as la chance d’avoir un mari qui te soutient, qui ne te met aucune pression. Alors, tu as le temps de bien monter ton projet

3 J'aimes

Merci pour tes encouragements, ça me booste :wink:.

Ma maison n’est pas adaptée mais j’habite à côté du cabinet médical ou peut-être je pourrais louer un cabinet et au pire je sais qu il va y avoir des maisons de location (petites) qui vont se construire à côté de chez moi. La mairie, je pense aussi qu’il y a moyen. Merci pour l’idée, je demanderai au cas où :wink:.

1 J'aime

C’est une bonne idée le stage avec une sophrologue pur voir si le métier est bien celui que tu imagines. Pole Emploi peut te fournir une convention pour couvrir ce stage qui peut durer de 1 à 4 semaines. Par contre, pour la formation, il faudra que tu la finances soit avec ton CPF soit avec tes deniers personnels car Pole Emploi ne prend pas en charge de genre de formations.

3 J'aimes

Bah du coup ça sera deniers personnels, j’ai cumulé 20€ de cpf :sweat_smile:

Pas forcément car les formations ne sont pas données, tu peux par le biais de pôle emploi te faire payer ta formation si elle coûte moins de 2000 euros. Autrement, un financement est possible grâce à la région ou au département, il faut passer par pôle emploi obligatoirement pour monté et faire valider ton projet.
Si c’est viable ( entre besoin du marché et envie de la ta part ), ils te le financeront, ce fût mon cas. :blush:

Ceux-ci deux liens qui pourraient d’aider :

3 J'aimes

La sophrologie et la psychomotricité, vous pouvez me les expliquer?..
Les détailler?..

Où trouver les infos pour « les débouchés porteurs » actuellement?..
L’économie change à vitesse grand V.
C’est par là que l’on constate que les secteurs sont interdépendants les uns des autres.

1 J'aime

Attention, Pôle Emploi ne propose pas de bilan de compétence, ils ont du te positionner sur ce que j’appelle une prestation poubelle « Activ’Projet » en te vendant le truc comme un bilan de compétence et c’est faux, après la qualité de l’accompagnement dépends du conseiller que tu as sur ce type presta.

Donc si le premier tu l’as fais avec Pôle Emploi et le second avec une société mandaté par Pôle Emploi, tu n’as pas fais du tout de bilan de compétence en fait.

Un bilan de compétence de qualité, se fait avec un psychologue du travail, pas un coach, pas un consultant, un psychologue du travail.

Le but du bilan de compétence est de faire ressortir tes compétences pour te permettre d’identifier en principe, les compétences dites transversales.

Ca c’est dans un premier temps, le but ici est simple, il s’agit d’identifier tes besoins :

  • Sur les fiches métiers, tu as les compétences générales du métier et les compétences spécifique, l’idée est donc d’aller regarder la fiche ROME d’un métier que tu envisages. Ensuite tu vas sur n’importe quel site de recherche d’emploi et tu recherches un poste peu importe la région, le but c’est de voir les pré requis en terme de formation.

  • Une fois que tu as fais ça, tu peux identifier tes compétences déjà acquises et celles qui seront à développer.

  • Ensuite on recherche un formation et on recherche un financement, il faut savoir que les budgets formation dans le cadre d’un demandeur d’emploi, c’est principalement la région ou tu vis, il faut aller sur leurs sites pour instruire une demande d’AIRE (Aide Individuel Régionale Vers l’Emploi), si la formation que tu cibles est éligible à un financement, il suffit de creer ton espace et de demander au centre de formation de transmettre le devis.

2 - Pôle Emploi peut intervenir sans garantie qu’il le fasse, cela dépend de l’état du budget qui est propre à chaque agence pôle emploi, mais pour le coup donc, ils pourraient intervenir à hauteur de 2500€ Max.

3 - le compte formation, d’ailleurs information importante pour tous le monde, quand vous travaillez vous banquez de l’argent qui est dédié spécifiquement à la formation, il faut créer votre compte formation. Le montant disponible au titre du CPF apparait automatiquement, chaque année votre ou vos employeurs déclare vos heures CPF. Automatique depuis 2015 donc. Cependant, le CPF remplace ce qu’on appelait avant le DIF (Droit Individuel à la Formation), vous avez jusqu’au 31/12/2020 pour saisir vos heures acquises au titre du DIF sur votre compte CPF, passé ce délai, elles seront perdues !

Pour trouver vos heures de DIF, elles apparaissent normalement sur vos anciennes fiche de paie, il faut donc prendre la dernière fiche de paie, de votre dernier employeur de 2014. Normalement en décembre 2014 votre employeur était censé vous remettre une attestation avec le nombre d’heure de DIF que vous aviez. Si ça n’a pas été fait, fiche de paie, si vous ne voyez pas ça sur votre fiche de paie, vous contacter votre dernier employeur de 2014 pour qu’il vous fasse un duplicata de l’attestation.

A saisir avant la fin de l’année, c’est super important.

  • Ensuite dans le cadre d’une reconversion, il est important de s’assurer que le boulot plaira réellement, on a toujours tendance à idéalisé un métier vers lequel on souhaite se reconvertir et il y a bien souvent des désillusions

1/ Il y a un outils internet qui s’appelle IMT (Informations Marché du Travail), cet outil va te permettre dans un premier temps d’identifier si le métier que tu cibles est porteur, tu verras un ratio, sur le nombre d’offre pour combien de demandeur d’emploi, les types de contrat et surtout, tu as les informations région par région.

2/ Il faut donc mener ce qu’on appel une enquête métier, il faut contacter des professionnelles en fonction sur le métier que tu cibles pour les « interviewer », il est très important d’identifier les contraintes autant que les avantages d’un métier ciblé.

3/ Réaliser une PMSMP (Période de Mise en Situation en Milieu Professionnel), ici concrètement c’est un stage, tu trouves une entreprise ou un professionnel près à t’accueillir, la convention se signe avec Pôle Emploi. Il est important de noter que c’est dans un but d’observation, tu n’es pas censée travailler. La majorité des reconversions réussies passent par une PMSMP, parce que la tu identifies de visu, le métier et ses contraintes.

Enfin pour la Sophrologie, faut que tu le saches, tu vas te heurter à un mur en demandant un financement, le premier truc, c’est qu’il n’y a pas de formation certifiante en Sophrologie, tu prends une formation Groupon ça aura la même valeur qu’une formation vendue des milliers d’euros. C’est à dire aucune. La région finance spécifiquement, les formations certifiantes donc inscrite sur le réseau CARIF-OREF, c’est l’organisme qui donne les équivalences et fait la pluie et le beau temps sur le monde de la formation professionnelle.

Il y a un seule centre de formation qui soit plus ou moins reconnue pour la Sophrologie, il est a Paris, je ne me souviens pas de son nom, mais c’est le seul et la formation est très onéreuse.

Faut savoir que la Sophrologie c’est un secteur ou tu devras travailler à ton compte, démarcher tes clients tout par toi même. Il faudra simplement faire un ratio des pours et des contres, sans garantie de clients en te lançant, il faudra penser aux locaux, il faudra amortir les couts de la formation, parce que concrètement ce sera un auto - financement.

Absolument tous le monde depuis quelques années veut se reconvertir dans le secteur de la Sophro, mais il faut savoir, que même en prenant la formation à Paris, exercer ce sera une autre paire de manche.

La majorité des Sophrologues en poste ou à leurs compte, sont des psychologues / sophrologues, ils sont donc diplômé en psychologie parce que ça reste un aspect très important, dans ce type d’accompagnement. Et c’est ce bagage qui permet d’établir le parcours de ton « patient », il y a donc des méthodes psy à acquérir, notamment l’écoute active qui est une compétence sinéquanone dans tous métier ou il y a de la relation à l’autre.

Enfin, n’aie pas peur de te lancer, qu’est ce que tu as à perdre? L’échec n’est pas une fin en soit, il faudra simplement mettre le doigt sur le pourquoi ça à échouer et rallonger l’échéance

Un projet se construit étape par étape, il faut donc utiliser la méthode SMART pour se reconvertir.

Un objectif Spécifique. tu dois pouvoir évaluer ton état d’avancement dans ton projet donc Mesurable, il faut que ton objectif soit Atteignable donc s’il y a des prérequis, il faudra commencer par là, il faut que l’objectif soit Réaliste ça tu t’en assures durant ton enquête métier et ton stage et enfin Temporel il est important de fixer une échéance, à la date fixé tu te poses, tu es bienveillante envers toi même et tu fais le point, si l’objectif n’est pas atteint pourquoi? Qu’est ce qu’il manque et on refixe un nouveau jalon à plus tard.

A partir du moment, ou quelqu’un s’investis pleinement dans sa reconversion et que les démarches menées sont concrètes, Identification des compétences acquises et des compétences à acquérir, formation nécessaire et s’assurer que le temps on l’a pour la formation, réaliser une enquête métier pour voir la réalité derrière la façon dont on idéalise un métier donné, parce que ça semble bien, il faut aussi clairement identifier ce que tu veux et ne veux pas trouver professionnellement et tout pendant que ça va au delà de ce que les gens disent, ce que les copines font ou que ça dépasse le stade de l’idée tout simplement, il n’y a pas d’échec, parce que même si ça ne marche pas, tu auras acquis une expérience et tu auras tiré une leçon de cette échec et si ça marche bah c’est tant mieux. Ce qui est sûr c’est que si tu n’essaies pas, tu ne risques pas d’échouer, mais tu ne risques pas de réussir non plus. « 100% des choses que l’on ne tente pas échouent ».

Et enfin, dans tout ce parcours, il faudra que tu ais envers toi la même bienveillance que celle que tu portes à tes proches. Mais envers toi, il faudra faire taire cette petites voix qui te sera là pour te dire que l’objectif est trop haut pour toi. Il n’y a pas d’objectif inatteignable tout pendant qu’on essai de l’atteindre. Ne laisse donc personne te dire que quelque chose est impossible pour toi. Tu es la seule qui à le pouvoir de définir ce qui l’est ou pas.

Et détaches toi de la pression sociale, OSEF, c’est pas dans ta maison et dans ce qui compte pour toi et ce ne sera jamais ce qui doit définir tes choix.

Bon voilà, j’ai assez digressé comme ça, je sors :slight_smile: en espérant t’avoir un peu éclairé.

Par avance, pardonnez mes fautes d’orthographes ou mots manquants, je ne me suis pas relu.

Et à tous le monde, n’oubliez pas de saisir vos heures de DIF sur votre compte CPF !

3 J'aimes