La rue n’est pas un lieu de drague ni de rencontres

Je vais encore me répéter, mais, même sans prendre ta phrase au pied de la lettre, la rue n’est pas un lieu de drague ni de rencontres, ce qui n’est pas le cas dans l’affaire de Béatrix.

3 J'aimes

Je sais que c’est hors sujet, mais je n’ai aucun souci à ce qu’un homme m’aborde dans la rue si c’est fait de manière respectueuse, avec distance, en plein jour et pas dans une ruelle déserte.
Le souci pour moi n’est pas le lieu, mais la méthode.
Si on me laisse un telephone avec un sourire, en gardant les distances et en disant qu’on veut m’inviter pour un café, qui sait …

P.S. Quels sont les lieux de dragues et de rencontres acceptable.

2 J'aimes

Personnellement j apprécie d etre tranquille dans la rue. Je suis de toute façon d une nature assez méfiante et quelqu un , même respectueux , qui me donnerait son no de tél dans la rue, je ne rappellerais pas.

La seule situation où je suis plus ouverte à la discussion dans la rue, c est en promenade avec ma chienne si on me demande des renseignements sur elle, ou qu on m arrête pour me dire qu elle est trop mignonne. Du coup petite anecdote , en Italie du Sud où avec mon ancienne chienne on m arrêtait très souvent pour me dire comme elle était trop mignonne et pourquoi on avait une poussette pour elle etcc, je n ai jamais autant parlé avec des inconnus dans la rue ! Mon mari n en revenait pas de me voir si charmante :joy:. Mais c était pas du tout de la drague c était vraiment pour chienne. Donc la, ça va​:smiley:.

Bon après, ça m est plus arrivé depuis bien longtemps la drague de rue, mais je n ai jamais été à l aise avec cela.

Les lieux acceptables, je pense que ça dépend des personnes, mis pour moi c est un endroit où on peut discuter et échanger. Ça laisse quand même pas mal de possibilités.

4 J'aimes

Le truc, c’est qu’on ne sait jamais où l’on va rencontrer La bonne personne, à moins d’être déjà avec elle.

Donc oui, une conversation comme celle que tu as eu à propos de ta chienne, un truc sincère, si on me laissait une carte avec le numéro de tel, peut-être bien que oui je contacterais la personne

2 J'aimes

Alors là c’est bien mon problème, et c’est bien ce qui explique pourquoi je suis toujours passée par des sites de rencontres… Pour moi aucun lieu n’est acceptable pour la drague. Généralement, quelque soit l’endroit où je me trouve, j’ai une raison précise d’y être et si on m’interrompt c’est agaçant… Du coup c’est hyper compliqué pour moi d’imaginer faire une rencontre inopinée… Ou alors éventuellement dans une fête : mariage, baptême, anniversaire… mais c’est rare et avec le covid ça va être encore plus rare lol

La rue n’est pas un lieu de drague dans le sens où (pour moi) ça n’est pas un endroit où l’on décide d’aller spécifiquement pour tenter de faire des rencontres. La plupart des « pratiquants » (mâles, en très très grande majorité) se comportent comme des gros lourds, des vulgaires, des obsédés, des agresseurs, etc (la liste des qualificatifs est malheureusement longue). C’est bien pour cette raison que les femmes se font (et non pas se sentent) harceler à tout bout de champ et qu’un petit gars bien comme il faut qui voudrait tenter sa chance paierait pour les autres et se ferait très facilement rembarrer.

C’est différent avec les rencontres non recherchées, où le hasard peut parfois très bien faire les choses. De belles histoires sont nées de rencontres dans la rue, dans un parc, dans un rayon de supermarché, etc (la liste est également longue). Mais ce n’est pas à ce type de rencontres que j’ai fait allusion.

Les lieux « acceptables » ? Chacun son point de vue et là encore, distinction entre les rencontres fortuites et les rencontres recherchées. Certain(e)s draguent dans les bars, sur les plages, ou ailleurs, mais c’est pas mon truc. Pour ce qui est des rencontres faciles et brèves, pour moi c’est la discothèque, puisque c’est fait (en partie) pour ça.

Bon, je n’élargis pas le sujet (je ne pensais même pas que ce que j’avais souligné en ferait un) à la drague et à la séduction en général. :blush:

1 J'aime

Là dessus, je suis d’accord :slight_smile:

Grave, c’est bien triste d’ailleurs car ceux qui agissent bien règles parfois la facture pour les autres.

Moi, je pense à celle là :sweat_smile:
Parce que cela arrive parfois, et là c’est beau.

[quote=« Prax, post:6, topic:767 »]
Bon, je n’élargis pas le sujet (je ne pensais même pas que ce que j’avais souligné en ferait un) à la drague et à la séduction en général. :blush:
[/quote] C’est un sujet intéressant pourtant :wink:

Je comprends tout à fait vos point de vue.
Pour moi, je pense que les gens se focalisent sur les lieux, mais en fait, le vrai souci reste avant tout l’attitude de la personne

Bonsoir

Je trouve les réponses de Anne et Prax très en phase avec ce que je ressens. La rue n’est pas un lieu dédié à la drague (a mon sens heureusement) ce n’est pas son but premier après parfois de belles rencontres s’y font et je pense que l’attitude joue beaucoup. Même si personnellement la rue n’est pas un endroit que je favoriserais

Sans aller jusque la caricature qui cumulerait tous les côtés angoissants ou négatifs je pense que on peut tous et toutes être d’accord que une attitude de gros lourd parfois allant jusqu’à l’insulte si on ne répond pas n’invite clairement pas au dialogue et à l’échange … et c’est dommage que cette attitude souvent généralisée fasse du tort à d’autres au point que je pense beaucoup même sans aller jusqu’à une invitation ou autre préfèrent se taire que faire un sourire geste ou compliment qui pourrait mal être interprété (encore une fois je parle d’une situation de base non angoissante genre pas la nuit tard seule dans une ruelle où une rame de métro car là de base la méfiance est là)

Je pense que tout lieu même incongru peut être possible pour une rencontre comme par exemple classiquement à la fac ou à un concert, une distribution de l’amap du quartier ou croiser son voisin mignon qui sort ses poubelles.

Outre l’attitude qui est primordiale (respect ne pas insister et être lourd toussa toussa) je pense (et ça c’est un facteur aléatoire) que l’état d’esprit de la personne en face peut jouer aussi par exemple dans la rue: la personne que on va aborder même si on a l’attitude la meilleure qui soit n’est pas forcément dans l’attente ou l’humeur et ça on peut pas le prévoir. C’est pourquoi aussi à mon sens la rue c’est pas le top. Les gens peuvent être pressés ou dans leur bulle avec les écouteurs. C’est un lieu de passage. Je pense que je serais plus réceptive si on m’abordais alors que je me promène dans un parc ou que je suis assise sur un banc à lire plutôt quand quand je sors du métro après une journée de boulot

(WoW je pensais pas écrire autant)

2 J'aimes

Je n’ai rien d’intéressant à dire qui fasse avancer le débat, juste une anecdote rigolote.

J’ai une petite cousine, qui lorsqu’elle avait peut-être 4 ans, s’inquiétait du veuvage mal vécu de sa grand-mère. Elle conseilla à sa mamie de trouver un amoureux en disant : « Bah c’est facile : tu te maquilles, tu mets une jolie robe, tu vas dans la rue et tu dis « bonjour ! » ».
Évidemment tout le monde a ri.


Bon à part ça, je vais sûrement choquer, mais j’ai l’impression de faire partie d’une minorité invisible au débat. Je suis une femme qui ne se fait jamais draguer nulle part depuis toujours (même quand j’étais pas maman, pas mariée, que je ne souffrais pas d’effets secondaires de mes médicaments = verrues). C’est sûrement une chance par rapport aux femmes qui se font harceler, c’est ce que je me dis, mais ça interroge beaucoup mon amour-propre. Aujourd’hui je suis plus zen avec ça mais longtemps j’ai très mal vécu ce qui me semblait être une anormalité (et j’en conviens, plus les cris d’alerte sur les dragueurs en tous genres deviennent forts, plus ils m’assourdissent et me font me sentir un malaise, car j’ai l’impression de faire partie d’une élite tout à fait…unique), à chercher ce qui faisait de moi un être si exceptionnel qu’on n’osât pas lui manquer de respect nulle part. Non pas que je réclame des « hé mam’zelle », je vois bien le côté désagréable, mais même un sourire qui dirait « tu existes, je t’ai vue » n’aurait pas été désagréable. La meilleure conclusion que je parvins à obtenir est que je devrais faire de mon odeur corporelle naturelle un élixir pour femmes-qui-en-ont-marre (ça doit sûrement venir de là, je ne vois pas d’autre raison même si je ne me sape pas super et ne suis pas une gravure de mode, je ne suis pas non plus Quasimodo…) et de proposer un coaching en invisibilité de rue sur Youtube.

Sinon, question à 1 million : la drague, c’est la même, avec le masque ? Bisous !

3 J'aimes

Le corollaire existe aussi : si moi je ne vois pas de drague, il est des femmes qui voient des agressions partout. Un jour une voisine a sonné à la porte. Le genre de voisine à l’esthétisme très recherché (moi j’aime pas mais c’est un style efficace, vous voyez…Aya Nakamura ?). C’est mon mari qui ouvre. En guise de bonjour, une étonnante agressivité : « Ouais, vous avez les clefs ?!! ». Mon mari qui venait de se réveiller d’une sieste, ne comprend rien à ce qu’il se passe, et dans son demi-sommeil, il a un geste un peu maladroit, il se remet ses sous-vêtements bien droits, sous son jogging, car il était en jogging et t-shirt. Et là j’entends le délire : « Vous arrêtez de vous toucher les c** quand j’vous parle ? Gros porc dégueulasse !! » Sur ce je m’en vais rabattre le caquet de cette folle-dingue mais elle avait déjà filé.
Je ne sais pour quelle raison elle pensait que ses clés perdues se trouvaient chez nous. Elle les a récupérées le soir-même. La semaine d’après elle les a à nouveau oubliées dans l’ascenseur. Je les ai prises et j’ai eu l’idée de la laisser mariner avant de l’en informer mais je n’ai pas eu le coeur de faire ça, je suis trop con.

2 J'aimes

Aucune idée.
ici avec la distance social, les activités nocturnes au ralenti, le budget sortie réduit à peau de chagrin à cause des entrées absentes (mais pas les factures) durant plusieurs mois … je digresse, la situation n¡est pas vraiment propice pour la drague :joy:

@Chapinette comme tu l’explique très bien, certaines personnes « voient le mal partout » et prennent des micro-gestes qui n’ont rien à voir avec eux pour des agressions.
L’inverses existe aussi, parfois je crois des gens que je connais dans la rue et je ne les vois pas, d’ailleurs ils viennent me dire ensuite que je les ai ignorer, alors que non, j’étais dans mes pensées, pas en train de regarder les gens et je ne les ai juste pas vu, oui même si je passe juste devant eux. Parfois je vois tout mais parfois c’est l’inverse.
Dans le même style (désolée de prendre encore un exemple personnel), il y a quelques années je déjeunais souvent dans le même lieu.
Le service était super cool dans ce lieu, il m’arrivait même de repassais le soir (voyage de boulot, je dormais à côté) et de prendre un verre avec eux quand le rideau était fermé.
Un jour une copine vient prendre un café avec moi après le travail, elle me dit qu’un des serveurs me drague, moi je lui dis que non, qu’il est juste aimable, que c’est son boulot. Alors on a fait un test, elle a essayé de l’appeler pour passer une commande en me disant qu’il allait ne regarder que moi, j’ai ri, on a fait le test et elle avait raison.
Tout ça pour dire que parfois, on ne voit pas ce genre d’attitude, on pense juste que la personne est super aimable et qu’on s’entend bien.

Donc si cela se trouve, tu ne le vois pas mais c’est là.

Et puis il y a aussi les lieux, les circonstances qui peuvent jouer un rôle dans tout ça.
La drague c’est rarement à 7/8h du matin sur le chemin du boulot.

Ensuite l’attitude peut jouer un rôle, quand une personne semble être partie « en mission », c’est rare que d’autres l’arrête.

Et puis il y a aussi des choses dans la tenue qui (et c’est un très grand tord) laissent croire à certains hommes qu’ils peuvent draguer.
Décolleté, vêtements prêt du corps, robes ou jupes, cheveux longs, talons … toutes ces choses - que je continuerais à faire car je me sens bien comme cela (sauf les talons, je suis nulle en tallons) - peuvent (encore une fois à tord) être vue comme un signe d’ouverture.

Enfin, la plupart des gens qui me donne un sourire sont à 95% des gens qui me retournent mon sourire, et tout le monde ne le fait pas.

Donc les raisons qui font que tu ne vois pas tout cela peuvent être multiples, si ça se trouver c’est là et tu ne le vois pas.

1 J'aime

Oui oui Anne, j’y ai pensé à ça. C’est peut-être vrai. Mais même la drague lourde ou pas très discrète (sans la réclamer !), je ne l’ai pas. Je crois surtout qu’on n’entend que les personnes qui se plaignent de ces dragueurs insistants et pas les autres, je ne suis probablement pas seule mais on trouve peu ou pas de témoignage comme le mien. J’hésite souvent à parler de ça tant ce problème paraît dérisoire face à des agressions. Et puis, ça va pas dans le sens du vent.

2 J'aimes

C’est pareil pour moi :wink:. Tu n’es pas seule. Perso, je pense que c’est plus du à une attitude qui fait penser aux hommes « laisse tomber »

3 J'aimes

Moi non plus je ne me fais pas draguer.
Mais je penses comme Anne que peut être on ne voit rien.
Moi je sais que je suis tellement nulle avec ce genre de choses que même si un mec voulait m’inviter à boire un verre je me dirais juste qu’il a soif :joy::joy::joy:

3 J'aimes

Je réagis aux derniers messages.

Il y a quand même des facteurs à prendre en compte. La drague de rue, le harcèlement de rue ne sont pas subis par toutes les femmes de la même manière selon leur lieu de résidence. D’après ce que je sais, dans ma ville de province, la lourdeur et l’agressivité dans la rue envers les femmes sont rares, ce qui n’abrite évidemment pas des sifflets « à l’italienne », plus courants. Je n’imagine pas ce que ça doit être à Paris mais je ne pense pas me tromper en disant que c’est bien pire dans le 18ème que dans le 16ème.

Concernant la « visibilité », eh bien il y a des personnes comme ça, invisibles dans la société. Et là il n’y a aucun critère physique. J’ai connu une fille très belle, très bien foutue (selon les critères de la majorité) qu’aucun mec ne venait jamais draguer. Pourquoi ? Mystère. Moi-même je n’avais AUCUNE attirance pour elle, rien qui aurait pu déclencher la moindre étincelle de désir. Néanmoins, il n’y a pas que le physique. L’attitude joue beaucoup et il ne suffit pas à une femme (ou à un homme) au physique avenant d’être « disponible » pour attirer d’éventuels prétendant(e)s.

3 J'aimes

Ceux qui se plaignent même si ils sont moins nombreux font toujours beaucoup plus de bruits.

Il y a une chose aussi qui compte : Le lieu et l’heure
Je suis dans une très grande ville, donc plus de monde et d’anonymat, cela veut aussi dire plus de risques que cela arrive.
Et si tu me sors pas le soir/la nuit, cela diminue encore

1 J'aime

Pour la zone géographique, hé bien je suis dans le 93 et hors-covid je fréquente les stations de RER et je passe parfois dans les quartiers craignos, mais je crois que tu mets le doigt sur un truc essentiel, Anne, il est vrai que je sors très rarement le soir et quand je sors, c’est pas dans ces coins, lol.

Comme Pilgrimette, je pense que j’ai un autocollant « Daronne » sur le front, mais maintenant que je suis maman il est plus simple à accepter.

Alors moi dans mon post je parles bien de drague.
J’ai déjà eut le droit à des « tu suces ? Non ? Alors t’es une pute ! » ou encore « des que je t’ai vu j’ai eu envie de te baiser » lorsque je me promenais dans le parc de la courneuve. Pareil j’ai connu les frotteurs du métro. MAIS ce n’est pas de la drague (même lourde) donc j’en ai pas tenu compte quand j’ai dis que je ne me suis jamais fait dragué dans la rue.

Même si ce sont des insultes pas enviables et que je ne les réclame aucunement, je les compte perso dans la drague de gros lourdaud. Et même ça j’en ai pas. Les seules insultes du genre que j’ai eu, c’est parce que je n’avais ni cigarette, ni briquet, ni pièce de 20c pour s’acheter une canette (ouais ils ont même pas honte ils viennent demander un montant précis pour un truc futile, c’était pas des sans-abris, juste des sans-argent-de-poche).
Oui j’ai de la chance, mais quand je regarde l’ensemble du tableau, je me dis qu’il y a qqchose qui cloche chez moi. Bon ça va je me le dis moins depuis que je suis maman et que j’ai des mains de sorcière couvertes de verrues.

Hello je rattrape mon retard
Je vais dans le même sens que cha
Personnellement les situations que j’ai vécu je les rapproche plus de la drague verbale violente ou insultante en mode eh meuf t’es trop bonne tu viens chez moi ?
Personnellement ce genre de situation pour moi ça compte pas. Je comprends que tu les comptes chapinette mais moi je préfère pas :slight_smile:

Pour des situations de vrai drague ou en tout cas un poil plus subtile et c’est quelque chose qui ne m’est pas spécialement arrivé. Après mon cas est celui d’une personne assez aveugle pour ce genre de situation est très mal à l’aise avec le fait de draguer lui-même je pense que je dois pas non plus dégager un truc très incitant :slight_smile:
et puis c’est sur que quand tu as plus l’habitude de te faire accoster en mode « tu suces » peut être aussi que tu fais moins attention aux autres types de drague…

Je me souviens que un peu plus jeune je le vivais plutôt mal parce que j’avais l’impression qu’il n’y en avait que pour mes potes. Ou je me trouvais nulle. Avec le recul je pense pourtant que leur situation n’était pas spécialement parsemé de drague à tout-va haha. Je pense que je faisais juste une fixette par envie ou que je projetais ma propre angoisse :slight_smile:

Maintenant je dois dire que je m’en fiche. J’ai mûri déjà et le fait d’être avec qqn joue sans doute aussi :slight_smile: