Etre un Mort Vivant, ou choisir d'Exister?

Dans un métier, mon lieu de travail à 90% était les maisons de retraite / epadh.

En soignant les personnes âgées, elles me parlaient.
Constat en 2000 que leur retraite était des « cacahuètes » question finance.
Sensation pour elles d’avoir été flouées, bernées.
+
Témoignages récurrents, à 80%, comme quoi, sensation pour ces personnes que :
-« Leur Vie s’est vite déroulée!!!
Sans qu’elles s’en rendent compte!!!
Et donc: sans avoir eu assez de Temps pour en profiter ».

Récemment, un jeune couple de 30 ans, plus que bien inséré dans la société, me demandait à ce que je me présente sur mon plan professionnel.
C’était une rencontre inattendue par le biais de mon attrait pour leur chien.

Je leur ai parlé de mon parcours.
Et mes motivations d’alors.
Et de mes projections.

Lui a été estomaqué que j’ai fait différents secteurs professionnels.
Ma réplique immédiate:

  • Je suis une grande fane de Léonard de Vinci.
    J’adore Découvrir.
    Je suis Curieuse.
    Volontés d’être ouverte d’esprit.
    Refus d’être cloisonnée à être dans un seul secteur donné.
    Rester conditionnée n’est pas pour moi.
    J’ai une Vie. Pas « 36 ».
    A Moi de profiter de « mon Facteur Temps à Vivre »
    Je suis consciente que la Fin de Vie existe.
    Je me construis.
    La vie n’est pas éternelle selon moi.
    Je suis athée.
    Je crois en l’existence d’une vie et pas d’autre pour ma personne.

Lui était l’équivalent d’un homme qui avait de l’assurance +++ car à un poste à responsabilité.
Se présenter pour lui ne pouvait se faire que sur le plan professionnel pour lui.
Lui avoir parlé de vouloir exister car consciente du Facteur Temps qui Existe, Facteur Temps délimité par une Fin de Vie hasardeuse pour certains, (accident de la Vie), pas pour d’autres (ex: les personnes malades d’une pathologie incurable, ou bien les passage à l’acte de suicide)…

Ce couple était plein d’assurance à ma rencontre.
Lui se définissait un homme ayant un poste à responsabilité.
Pour lui: il avait du pouvoir à décider pour autrui, …
Il a été sidéré de ma réplique:

  • avoir une vie et pas 36 selon moi.
    Je les ai vus partir effondrés/abattus à leur posture / leur façon de marcher.
    Ils n’avaient plus d’assurance aucune à voir leur démarche.
    C’est leur démarche/posture « assommée » qui m’a fait prendre conscience que je leur ai parlés plus vite que la musique…

Je suis face à une Réalité :

  • grâce aux aveux de personnes âgées => prise de conscience/déclic,
    +
  • le fait que dans une vie, je peux exister de multiple façon sur le plan professionnel, comme pour Léonard de Vinci l’a été, …
    =>
    Volontés d’être actrice de ma vie.
    Conscience Forte que c’est à moi et à moi seule à me construire.
2 J'aimes

Salut Clapotements, ce couple avec chiens, tu l’as rencontré en cherchant à proposer un service de dogsitting (promenades de chiens) ?

Le hasard:

  • j’étais sur leur chemin à leur promenade pour la sortie de leur chien.
1 J'aime

Si tu parles comme tu écris, Clapotements, on peut comprendre que ce couple ait eu du mal à communiquer :wink:

J’en reviens au titre qui m’a fait cliquer sur ce sujet « Etre un Mort Vivant, ou choisir d’Exister? », tout à fait d’actualité : choix entre passer deux ans confinés ou prendre le risque d’attraper cette terrrrrible maladie, que la plupart des gens ne sentent même pas, puisqu’il paraît qu’on est tous asymptomatiques '^^

Problème : on ne laisse pas le choix aux gens (en fait on ne leur permet guère de penser non plus). Du coup, difficile de dire ce qu’ils décideraient (?).

C est un vaste sujet sur lequel je m abstiendrai de polemiquer étant donné que j ai épuisé mon énergie la dessus dans le réel. Je donnerai mon avis une fois et c est tout.

Ayant un fils et une belle fille qui travaillent dans le système de santé, je connais le problème d un système de santé complètement effondré (ce qui est inévitable si le virus circule à fond).

Le choix d attraper le virus ne dépend pas que de nous, il y a aussi le fait de en pas infecter les autres (donc personne ne peut dire comment il réagira au virus)

On pourrait éventuellement mettre tous les gens a risque dans un camp leur livrer de la nourriture et les laisser se débrouiller et laisser le virus circule parmi les autres et le système de santé pourrait l absorber.

On essaie de les vacciner maintenant mais il y a des soucis de livraison donc voilà.

Après c est vrai qu en suisse on peut sortir il n y a pas de couvre feu même si tout le non essentiel est fermé.

Après, malheureusement, aucune solution n est satisfaisante pour tous et je n aimerais pas devoir être gérer cela.

Aux yeux de certains j ai certainement un esprit de mort vivant, pas de souci avec ça, je me sens pourtant bien vivante ayant partagé 2 ans avec quelqu un qui était condamnée et ayant pas mal donné point de vue des maladies ces dernieres années, j ose dire que ma vie est bien plus facile et simple actuellement même si je suis triste de la souffrance que cela engendre pour certains bien sûr.

4 J'aimes

Merci Saralou. :+1:

J’ajoute que symptômes =/= maladie. Il y a deux personnes ici qui ont témoigné avoir découvert leur diabète à l’occasion d’un autre problème de santé, par exemple.

Mais c’est intéressant ce que tu dis, Pan, sur les gens qui n’arrivent pas à penser, c’est ce que tu ressens ?

1 J'aime

C’est volontairement dit assez violemment car tu sous-entends que ce n’est pas une solution. Pourtant c’en est une, et assez évidente : confiner les gens vraiment très à risque (moins d’un million en France je crois), et laisser vivre les autres +65 millions.

La plupart des gens ont clairement la capacité de réfléchir. Mais vu le lavage de cerveau qu’on leur impose depuis maintenant un an (médias, messages gouvernementaux), associé au peu de temps libre dont ils disposent finalement (le travail avant tout !), en pratique la réflexion s’arrête souvent à « c’est la règle et on la suit car les gens qui savent mieux que nous l’ont décidée ».

=====

Bref question de point de vue, de sensibilité, et de tout un tas d’autres paramètres sûrement. Ce genre de discussion est sans fin, donc je n’insisterai pas ici :slight_smile:

Je réponds juste à cela, pas de souci avec un confinement des personnes à risque, juste dubitative sur comment le faire, car c est ce que je fais depuis 1 an, je suis confinée et je connais énormément de gens a risque qui font de même.

Maintenant comment tu organises les courses , les soins par exemple, etcc pour ceux qui vivent seuls ? Et surtout si on veut vraiment que je sois confinée il faut confiner mon mari et mon fils qui vivent sous mon toit. Qui paie pour eux et en plus ils ont des postes considérés comme essentiels.

C est donc pour cela que j ai volontairement employé le terme de camp qui serait plus simple à gérer mais serait discutable éthiquement.

Si le virus rentre dans le camp on fait quoi

Tout cela pour dire que même si l idée est bien sûre séduisante, je pense qu une fois que tous les gens a risque seront vaccinés cela ira mieux car le virus pourrait circuler parmi les gens pas a risque , le systeme de sante pourrait gérer.

mais on peut pas faire autrement avec la quantite de vaccin qu on a.

Faut pas croire non plus qu en tant que personne à risque c est génial d être considéré comme ceux qui gâchent la vie aux millions d autres hein. On fait avec et on se précipite sur le vaccin pour libérer la pression sur les gens en bonne santé et les jeunes dans notre pays.

Je rappelle également que le virus à circulé dans les epahd et pourtant ils vivent très confinés également.

C est pour cela que je disais les mettre dans un camp et les oublier, mais cela n est pas possible. Les personnes âgées, handicapées qui ne peuvent pas se débrouiller seuls, on en fait quoi ?
Bref, c est un vaste débat.

Mais tu sais pour mon fils célibataire, c est pas l idéal. Comme il vit avec moi encore il ne sort plus depuis 1 an, il ne voit personne à part une petite ballade au bord du lac. Il va juste travailler, et il a toujours peur de me contaminer. Bon il va avoir sa 2eme injection de vaccin mais tous les soignants n ont pas pu l être partout.

Donc aucune situation n est simple, c est triste malheureusement. Donc on fait avec, je ne vois pas ce qu on pourrait faire d autre.

Il y a malheureusement des cas dramatiques dans tous les camps.

Sur ce , promis, j arrête. Mais je pense que nous ne sommes pas ennemis, les gens a risque et les autres.

1 J'aime

Il y a eu toutes les mouvances de pensée dans les médias, les pro-confinement, les anti-confinement, les médecins, les restaurateurs, les rassuristes, les druides, les économistes, les politiciens…donc, je ne vois pas trop ce que les médias voudraient nous mettre dans la tête.

Moi-même mon avis a évolué depuis le début, l’été dernier après avoir passé une semaine à l’hosto en juin, j’ai voulu croire à la fin du bouzin mais je reconnais avoir fait une grossière erreur, mal influencée par ce que j’ai vu.

C’est juste un problème loin d’être simple, qui met en jeu bien plus que l’avis (la vie ?) des gens mais le monde entier et toute la géopolitique.

Comme le dit Saralou, les gens continuent de mourir dans les EHPAD alors même qu’ils peuvent être strictement confinés. Le seul moyen de les confiner est de confiner le personnel avec. Ce même personnel qui bien souvent, refuse de se vacciner mais là n’est pas la question.

Les vaccins arrivent, d’après Israël ça a l’air de fonctionner, il faut juste être un peu patients.

1 J'aime

Houla, non, je n’ai jamais dit (ou pensé !) ça. Je parle du système dans son ensemble. Les personnes vraiment à risque font ce qu’elle peuvent évidemment, on ne va pas en plus dire que c’est leur faute :slight_smile:

Il y a une assez claire ligne principale dans l’ensemble des médias « grand public »…
Premières lignes de mon Google News, section covid19 :

  • Covid-19. Pas de sortie de l’épidémie avant l’été 2022
  • Gabriel Attal a averti mercredi qu’il serait « totalement déraisonnable » de réduire les efforts contre le Covid-19, car les Français pourraient « payer très cher tout relâchement »
  • Covid-19 : un nouveau variant insensible aux vaccins découvert dans une dizaine de pays, dont la France
  • Le variant venu d’outre-Manche, tend à dominer les autres variants détectés ces derniers mois. Un variant plus contagieux que les autres qui inquiète forcément …
  • Covid-19 : Olivier Véran s’exprime vers 18 h, l’épidémie a fait 817 000 morts en Europe

(Donc bah, « ayez très peur vous allez tous mourir »).
…Et au milieu de tout ça, on attend les annonces du gouvernement comme la parole divine.

=====

Je continue de penser que tout pourrait être beaucoup, beaucoup plus simple - juste mon avis… que je ne compte pas développer ici, ça ne servirait à rien (j’aurais tort de toutes façons ^^).

C’est un vaste sujet, sur lequel je vais m’exprimer une fois uniquement aussi en étant le plus objectif possible mais je pourrais pas l’être totalement cependant.

Déjà c’est très réducteur de dire que la plupart des gens ne la sentent même pas, on ne peut pas savoir comment y réagira avant de l’avoir eu.

Je connais une personne en forme qui l’a eu aucun facteur de risque aggravant et qui y a beaucoup perdu sur du transverse.

Et j’ai perdu 3 proches du Covid.

Est ce qu’on devrait laisser le choix aux gens? En vrai non, c’est la seule réponse. Le choix de chopper le virus en le refilant à droite et à gauche OKLM? Bah ça j’ai du mal à l’envisager et je trouve que c’est un peu le prisme de l’égoïsme en rapport aux privations actuelles qui émaner ce type de raisonnement. Exit la solidarité, vivons et advienne que pourra …

Maintenant pour autant, à mon sens en France le vrai cœur du problème est ailleurs …

Les mesures sont contre-productive … Le pays se félicite de maintenir les jeunes à l’école, on assouplis les mesures en cas de classe contaminé, OSEF.

Le couvre feu qui ne sert à rien, mise à part selon moi à faire augmenter la circulation du virus … Parce que oui à 17h00 t’as une heure de queue pour acheter ta baguette mais bon faut bien faire semblant qu’on a la situation en main.

Enfin, je pense que les cinés, resto et tuti quanti peuvent être ouvert en vrai, faut juste réinventer la façon d’y aller.

Parce que la les restaurateur, ciné et théâtre ont bon dos, fermé parce que le virus circulent par contre les transports blindé mais non ça représente moins de 1% des cas, les entreprises qui ne jouent pas le jeu des recommandations de télétravail, mais non, les gens ne tombent pas malade en travaillant ça représente moins de 1% à un moment faut aussi arrêter de nous prendre pour des cons.

Le passeport vaccinal c’est aussi une vaste blague et moi je suis pour le vaccin, mais tant qu’il n’y a pas la certitude que le vaccin empêche de transmettre le virus bah qu’ils se taillent un balai en pointe et s’assoient dessus.

Le problème de cette situation et de cette crise, ce n’est pas les personnes à risque, ce n’est pas non plus l’irresponsabilité de la majorité, le problème c’est qu’il n’y a pas de mesure cohérente, aller travailler et crever ou vivez osef l’important c’est que l’économie tourne.

On pointe du doigt les mauvaises choses pour couvrir le vrai problème.

Le couvre feu c’est pour empêcher l’effet apéro mais MDR. Non.

La situation actuelle, elle sert de test, on nous impose des choses et on voit jusqu’ou on peut aller. On peut vivre avec le Covid, faut apprendre à s’y adapter et ça c’est un effort que chacun doit fournir, on nous prive de liberté mais on devrait en vérité être privé de moins que ce qu’on nous à prit.

M’enfin, depuis el début on marche sur la tête avec les mesures et déclarations à deux balles. Dans le lot, il ne reste que notre responsabilité propre et la façon dont on vit les uns avec les autres.

Mais il ne faut pas ressortir les pires arguments des médias justement, nan mais ça cause moins de mort que la grippe etc … Parce qu’une mort, même si ça ne nous touche pas directement, ça reste tragique et confiné, les personnes sensibles ça règlerait aucun problème, parce que la solution est ailleurs. Et on en sera pas sortie à l’été 2022, le COVID il est la et il ne partira plus.

1 J'aime

Attention à ce raccourci totalement faux. Il met pas de masque ahhh c’est un sale égoïïïste. C’est juste qu’à un moment, quand t’as aucun symptôme et d’ailleurs que ça fait un an que tu n’es pas du tout malade, tu te dis forcément qu’on se moque un peu de toi. Ensuite les personnes très fragiles je ne sais pas trop ce qu’elles en pensent (on leur demande rarement). Sur l’échantillon que je connais ou dont on m’a parlé (4 personnes autour de 90 ans) la réponse est claire : elles préféreraient vivre encore un peu avant de mourir. Ces personnes soi-disant très à risque souffrent en fait au moins autant des mesures. Enfin, arrêter de vivre pour être sûr de ne pas mourir, c’est le credo actuel, donc faut bien qu’elles s’y fassent hein et qu’elles acceptent la solidarité qu’on leur envoie ! '^^

Sinon je suis d’accord avec le reste de ton texte. « La situation actuelle, elle sert de test, on nous impose des choses et on voit jusqu’ou on peut aller », « depuis le début on marche sur la tête avec les mesures et déclarations à deux balles » mais oui !! Et en effet le virus restera - celui de la grippe espagnole existe toujours aussi. Il deviendra a priori un banal rhume.

Je ne prends aucun raccourci Pan, je rebondis juste sur le on ne laisse pas le choix aux gens.

Tous le monde souffre des mesures il n’y a pas de distinction entre les personnes à risque et celles qui ne le sont pas de ce coté là.

Est ce que pour cette raison, on devrait donner le choix au gens de se contaminer ou non? En ce qui me concerne, si ça ne touchait qu’elle, je dis amen, mais combien de personne ces personnes la contamineraient dans leurs sillages?

Ici on parle de vivre en société, avec les autres. Et penser à son propre bien être dans le cas présent, c’est bien faire preuve d’égoïsme, parce qu’on occulte qu’on peut transmettre ce qu’on porte. Si la majorité est asymptomatique, ce n’est pas le cas de tous et jusque là, il n’y a pas non plus de recul sur les éventuelles séquelles que ça laisse malgré cet état fait.

Et enfin, aujourd’hui ceux qui arrêtent de vivre en font eux même le choix, y’a pas de resto? Pas de ciné? Pas de théatre? Et? La vie s’arrête à ça?

Chacun peut continuer de vivre comme il l’entend, je déjeune avec des proches, des collègues, on déporte le lieu de restauration, simplement c’est moins tactile.

La situation est pourrie oui, on a des restrictions, mais la vie continue. Du moins en ce qui me concerne, ma vie ne dépend pas de l’ouverture des restos, lieux de culte ou de culture et je ne suis pas isolé, je ne manque pas de divertissement non plus.

La on parle pas de vie, on parle de revenir à la vie d’avant crise, pour la majorité vivre c’est ça. Sauf que la vérité c’est que le Covid il y a eu un avant, il y a un pendant et il y aura un après mais on ne reviendra certainement jamais à la vie d’avant telle qu’on la connaissait. Chacun tirera ses propres leçons au final en son âme et conscient, mais Covid ou pas, j’existais avant, j’existe maintenant et j’existerais après.

3 J'aimes

Mais pour contaminer quelqu’un, encore faudrait-il être malade. C’est du bon sens de base, que trop de gens perdent (cf. passage sur le lavage de cerveau plus haut). On a joué aux échecs tout l’été en face à face au Luxembourg, et même dans une crêperie mal ventilée, en général sans masque (et évidemment sans symptômes) : aucune contamination enregistrée… !

Tu ne vis probablement pas dans une grotte loin de toute civilisation, donc je te trouve un peu de mauvaise foi :slight_smile: l’humain reste un animal social…

Et bien quel pessimisme ! …que je ne partage pas ! :stuck_out_tongue:

Tu vois de la mauvaise foi ou? Parce que je n’ai plus ça, il est impossible de sociabiliser? Je te renvoie la remarque pour le coup.

Chaque personne dans la crêperie à subit un test est ce que tu sais la situation de tous le monde pour pouvoir l’affirmer? Si dans le lot justement, il y avait des personnes asymptomatiques quoi? Elle n’était pas malade donc osef de ce qui est contaminé derrière?

C’est un peu comme dans la haine, quand tu chute, tu peux te dire jusque la tout vas bien puis vient un moment tu as le sol qui arrive.

Ce n’est pas du pessimisme. C’est du réalisme et ça ne veut pas dire que ce sera pire après.

Les personnes de 90 ans et plus dont tu parles pan ne surchargent pas le système de santé, en effet à leur âge la plupart ne sont pas intubables car elles ne peuvent de toute façon pas supporter un coma prolongé.

Ce que tu ne comprends pas c est que le système de santé s il est surchargé il y a des gens jeunes en bonne santé qui ne pourront pas bénéficier de soins s il n y a plus aucune place en soins intensifs par exemple lors d un accident.

Le virus de la grippe espagnole ne circule plus.

Par ailleurs, je connais plusieurs personnes (en rèel qui ont eu un covid très fort, on été intubes, n étaient pas si vieux car 40 et 50 ans et qui ne guérissent pas. C est a dire que pour le moment ils ne rentrent dans aucune statistique.

Je connais aussi personnellement 1 cinquantenaire et un homme de 70 ans qui sont décédé sans être à risque.

Je vis dans une famille de scientifique, donc la preuve par a plus b, j ai pas fait attention tout l été et on a rien eu, cela n a aucune valeur, désolée de le dire, l expérience personnelle ne peut pas faire deduire d une généralité.

J en connais aussi des gens qui ont eu le covid sans symptômes. Mais vraiment zéro, j en connais aussi, ils se sont quand même mis en quarantaine pour ne pas contaminer les autres.

Faut que je lâche prise sur le sujet. Évidemment je ne te ferai pas changer d avis pan, aucun argument ne sera valable mais j’aurais encore beaucoup à dire, mais plus envie de mettre de l énergie la dedans. Par ailleurs, mon mari va faire un test PCR demain car cas-contact au travail.

Mais comme cela ne sert à rien, je vais appliquer mes théories et ne plus répondre. Sur ce je te souhaite une bonne soirée et le meilleur pour la suite.

6 J'aimes

Je vais juste clore mon intervention cependant par mon propre exemple.

Aujourd’hui je ne suis plus personne à risque, je n’ai plus de diabète et avant Covid j’ai développé une endurance hors du commun véritablement, 18 km parcourus en jogging sans être essoufflé, à vélo le double de la même façon.

J’ai choppé le Covid et j’ai passé un sale quart d’heure mais le pire ce n’est pas tant le Covid c’est que mon endurance s’est totalement envolé alors qu’il m’a fallut deux ans de travail acharné pour la développer.

L’humain est animal social, c’est un fait. Mais sociabiliser ne dépends pas d’un lieu de spectacle, des rencontres et voir des gens ça se fait ailleurs.

Sociabiliser aujourd’hui ça se réinvente sur les interactions que nous avons les uns avec les autres.

Comme tu le soulignes, je ne vis pas dans une caverne, je déjeune dehors tous les jours et avec des personnes hors de mon « foyer » mais en prenant les précautions nécessaires. J’ai adapté ma pratique sportive et je suis le premier à qui la fermeture des salles de sport semble débile quand on sait ce qui était mis en place.

Je participe à des réunions en comité restreint ou on se passe un film joue aux JV, mais le tout dans le respect des normes qui font qu’à ce jour, je ne représente un danger pour personne.

En Espagne, il y a eu une expérimentation sur un concert ou il y a pu avoir plus de 1000 personnes réunis, l’expérience c’était, test rapide à l’entrée + port du masque sans distanciation sociale à l’intérieur, accès accordé aux personnes positives, je suis pour ça.

Aujourd’hui c’est un fait, chacun ira de sa petite opinion et probablement qu’il y a une part de vrai partout mais aussi une part d’erreur. Le fait cependant c’est que l’intérêt commun prévaut.

Cela étant dit, je reste persuadé que la vie continue, ceux qui ont tout arrêté parce qu’ils étaient totalement dépendant des restos, théâtre, ciné ou autres, ont peut être oublié dans le processus qu’il y a d’autres options de sociabiliser.

Moi cet été je me suis réunis en famille et c’était pic nic, je sortais prendre café et je mangeais au resto mais exclusivement en terrasse.

Je vois l’état psy de mon cousin qui pense être responsable de la mort de ses parents et je sais que moi je ne veux pas ça, ni pour mes proches, ni pour des inconnues.

Je continue de bosser et je fais un job ou je suis obligé de recevoir les gens en face à face.

Mais que ce soit dans le pro ou dans le perso, ce que je fais, même s’il est impossible de parvenir au risque zéro est fait en mettant tout ce qui est en œuvre et en mon pouvoir pour que ces éléments se fassent en toute sécurité, pas parce que j’ai peur de chopper le virus mais parce que j’ai peur de le transmettre à plus fragile que moi.

Oui y’a plein de gens asymptomatique et plein de gens qui passe à travers les mailles du filet en prenant peu ou pas de précaution, mais j’estime que ça c’est fait sur le dos de ceux qui prennent les précautions pour eux.

Tout va bien c’est applicable à tout mais comme pour tout, tout va bien jusqu’au jour ou ça ne va plus.

Pour autant, j’attends pas les comm des ministres ou président comme si c’était des messies, je m’en fous, je prenais pas mes infos sur les médias mainstream avant, je ne le fais pas maintenant.

Je suis l’évolution, en lisant des études scientifiques et j’adapte mon comportement en rapport à ça, pas sur des effets d’annonces qui font que nos enfants en France tombent pas malade et ne contamine personne.

Et je reste persuadé que la sortie de crise se fera sur la responsabilité individuelle pas celle d’un gouvernement ou un autre qui aura pris les bonnes mesures.

Ni sur un employeur qui te fournira un masque réutilisable en tissus de slip en te disant « nan mais sur la boite c’est écrit valable six mois. »

Chacun son quotidien, son vécu aussi dans ses choix et son sentiment de responsabilité et l’importance qu’il accorde au bien commun quand il s’agit de faire des sacrifices.

Et dans tout ça on ne peut pas nier l’impact que ça a sur le système de santé. Les hôpitaux ne feignent pas d’être débordé, c’est une réalité, et c’est pour ça qu’on ne peux pas « donner le choix de prendre le risque », y’a pas de encore faut il être malade, le risque 0 ça n’existe pas, ni dans le meilleur, ni dans le pire. Et c’est pour ça que je dis que cette pensée est issue du prisme de l’égoïsme, parce qu’on voit concrètement ce qu’on a perdu et que si l’humain est animal social, c’est aussi un animal d’habitude et que toutes les routines sont bousculées.

Maintenant situation de merde oui, impossible de vivre ? Non, ça je n’y crois pas.

3 J'aimes

Tu sociabilises où ? Dans un parc à 3m des gens ? Sur Zoom dans ta cuisine ? …Dans le métro ? Sérieusement si tu ne vois pas la mauvaise foi là, je n’ai plus d’arguments '^^

La communauté des joueurs d’échecs étant un petit monde, oui je l’aurais su s’il y avait eu un problème, d’autant plus que c’est moi qui organisait.

…Si ça c’est pas du pessimisme '^^

« […] la pandémie s’achève définitivement vers le début de l’été 1919. En fait, elle s’est scindée en une lignée spécifiquement porcine et une spécifiquement humaine puis est devenue par la suite une grippe saisonnière sous une forme beaucoup moins virulente, évoluant par vagues tous les ans jusqu’à aujourd’hui […] » Source => donc toujours là, sous une autre forme.

Je t’invite à effectuer une soustraction : environ 400.000 places en hôpital, pour environ 26.000 hospitalisations recensées dues au covid. Environ 12.000 places en réa, dont à peine plus de 3000 concernant le covid. Il se passe quelque chose, mais on est loin de la fin du monde !

Les données brutes sans point de comparaison sont toujours effrayantes, mais une fois relativisées on se rend compte qu’il n’y a pas grand chose… Il y a quelques semaines on disait « catastrophe en Inde plein de morts », maintenant les médias ont appris à effectuer une division, et écrivent plutôt qu’en fait en Inde tout va bien. En réalité pas exactement, mais bon ce serait un autre débat ; plus intéressant, mais qui n’intéresse personne - trop occupé avec la solidarité :slight_smile:

Ils le sont toujours en temps normal - quiconque a déjà été aux urgences le sait. C’est juste que là comme tout le monde a très peur de mourir, on s’en rend mieux compte.

Sinon, globalement il est impossible de discuter avec vous car vous prenez comme axiome que combattre le covid à tout prix est forcément la meilleure chose à faire.

Donc vous savez quoi : on va pas se fâcher, j’ai tort et vous avez tous raison, voilà :slight_smile:

C’est toi qui est de mauvaise foi la Pan, je le dis dans mes réponses, je déjeune avec mes collègues. J’ai pas besoin d’être coller à elle pour discuter et on discute sans hurler hein. Normal quoi.

Non c’est du réalisme, tout va bien, jusqu’à ce que ça n’aille plus. Et ce n’est ni pessimiste, ni fataliste faut pas prendre de raccourci.

Tu prends comme axiome que ne pas le combattre est forcément la meilleure chose à faire? Moi je parle de prendre des précautions pas de mener un combat au front.

C’est très réducteur ça.

Des opérations annulées il y’en a moins en temps normal. Des hospitalisation aussi.

Ca n’enlève rien au fait que les suppressions de lit et la charges de travail était déjà dramatique. Mais tu ne peux pas dire nan mais avant aussi comme si la situation déjà merdique pour les soignants n’avaient pas empiré.

La ou toi tu vois l’envie de mener une lutte acharné en se privant de tout, moi je vois simplement continuer de vivre en minimisant les risques pour soi mais surtout pour les autres. C’est être responsable, pas de ce que font les autres, mais de ce que « soi » fait.

2 J'aimes