Ces aliments qui vous font du mal et que vous mangez quand même

Bonjour,

Je sais que nous sommes nombreux ici à connaître les compulsions alimentaires.
Il y a 20 ans, je souffrais d’hyperphagie boulimique, même si dans les grandes lignes j’ai réussi à en prendre conscience et à faire la paix avec mon corps, je sais que dans des situations de grand stress, certains aliments peuvent plus facilement me faire retomber dans la compulsion alors qu’avec d’autres j’arrive à rester dans une alimentation consciente.

Par exemple, je peux manger 2 carrés de chocolat noir, j’ai rarement eu des crises avec du chocolat noir dans ma vie, mais si je suis en stress et que du Crunch est là, j’aurais plus de difficultés à rester dans une alimentation plaisir et pas une alimentation compulsive.
J’ai remarqué que des produits comme les mars ou le nutella ont aussi ce même effet sur moi.
C’est d’ailleurs pour cela que je n’en achète presque jamais ou alors dans les petits formats.

J’ai remarqué que depuis que je suis ne suis réconcilier avec mon alimentation, ce souci ne m’arrive jamais avec des fruits par exemple, seulement avec des produits industriels.
C’est à se demander ce qu’ils mettent dedans :thinking:

Je me demandais si vous aussi aviez remarqué que certains produits plus que d’autres sont liés à des compulsions ?

2 J'aimes

mes compulsion sont dues a mes douleurs ou a un phenomeme exterieurs, critiques , bruit …et - ou restriction, rarement a l’aliment en lui meme ou alors c’est que j’etais en manque :abus de chocolat, car j’ai pas mange mon fruit au dessert, envie de m’enfiler le pot de mayo, car envie et besoin du gout et de la texture

mes compulsions sont dues a mes emotions et dans les mauvais jours soit tous ce que j’ai y passent salé,sucré,ou je mange pas mais c 'est plutot je mange pas mais l’aliment qui fait mal c’est le chips gras tres gras mais je peux pas m’en passer

Ce qu’ils mettent dedans, des sucres et graisses sous toutes leurs formes. Je ne considère pas avoir de trouble alimentaire donc compulsion n’est pas le terme, il y a parfois des trucs que je grignote sans m’arrêter mais plus parce que j’ai l’esprit absorbé par quelque chose que pour gérer une émotion. Au contraire en cas de gros stress je peux me jeter sur du chocolat mais une quantité raisonnable peut me suffire.

Les aliments que je n’arrive pas à arrêter sont les mélanges de fruits secs (hyper sucré) et le mélange apéritif japonais.

Ces derniers temps (après perte de poids et surtout grossesse) je me rends compte un peu plus vite que ça me fait mal au ventre de faire ça, j’y arrive moins, je le fais moins souvent. Si je compare à une copine qui arrive à garder des mois un bocal plein de bonbons et chocolat chez elle, là je pourrais penser que je suis compulsive.

1 J'aime

Évidemment, la compulsion ne vient pas de l’aliment.
Ma réflexion est sur le fait que certains aliments plus que d’autres me semblent plus liés à ces moments de compulsions

Oui, on est d’accord.
Le gras n’est pas forcement un souci, enfin cela dépend de quel gras. Mais là n’est pas le sujet.

Lorsque je suis sans compulsion, les aliments « de crises » ne sont pas un souci.

1 J'aime

J’ai passé des années sans pouvoir manger de noix à cause de douleurs.
Maintenant, je peux, quand mon budget me le permet je vais acheter directement dans des boutiques de graines pour avoir un produit le moins transformé.

J’ai une amie qui ne sait pas s’arrêter avec les noisettes.

Je parlais des fruits séchés, les fruits secs ne sont pas hyper sucrés. Mais oui les fruits secs aussi me font aussi cet effet, noisettes et noix de cajou. Ces aliments sont assez peu transformés de manière générale.

Mes compulsions peuvent être sur des aliments transformés ou non transformés, cela dépend de mon état émotionnel.

Pour moi le fait de ne pas pouvoir m arrêter avec certains aliments gras et sucres (bon le gras et salé aussi parce que les chips j ai beaucoup de peine à m arrêter ) est plus lié au fait que ne trouve cela d un goût incroyablement bon. Et en général je mange Ce type d aliment en dehors de ma faim, donc J ai un rapport uniquement plaisir et pas de me nourrir. Quand j’ai faim j ai toujours envie d un repas « normal » en fait.

Je ne pense pas que les aliemnts que je mange, même en quantité disproportionnée me fassent du mal. Mais j ai la chance de n avoir aucun trouble métabolique style diabète, hypertension, cholestérol, ni de coaliakie et d’allergie grave aux aliments.

Mais les aliments ou je ne peux m arrêter facilement de les manger sont le chocolat, toute pâtisserie avec du chocolat , ce qui est sucré aussi en général, les frites, les chips, les cacahouètes salées, avant j avais le Nutella aussi Mais maintenant cela ne me fait plus, j arrive à arrêter (mais je prends d autres marques sans huile de palme).

Du coup j essaie de ne pas en acheter trop souvent.

l’envie de manger , provoquée par le produit , c’est ce que j’ai connu a 8 ans, avec les 1eres sauces , apparues ds le ssupermarchés:bourguignonne, bearnaise…la faim venait parce que j’avasi faim (h des repas),et en plus,le fait que je pourrai manger ces oeufs avec la viande froide ou des oeufs durs, me mettait en appetit

l’aliment a une histoire, la notre;et le type d’aliment mangé pdt une compulsion pourrait provenir de là

@Anne ton postulat de départ semble incriminer les produits sucrés, ce n’est pas la première fois que tu accuses le sucre ici et sur VLR, peut-être est-il bon de rappeler qu’il n’y a pas de « mauvais aliment » dans l’absolu, la consommation excessive (qu’elle soit encouragée par l’industrie agro-alimentaire ou non) étant le souci. Ce qui semble se dessiner autour de ces consommations no limit, c’est pas tellement le sucre (on parle de chips et même s’il existe probablement des chips avec sucres ajoutés…jamais étudié la composition mais leur présence dans les tuiles de type Pringles ne m’étonnerait pas…) les références basiques ne présente pas de sucres (quand j’achète -rarement- des chips ce sont les Bret’s 100% bretonnes, pas de sucres)…je disais le point commun de ces produits qu’on mange dans s’arrêter, ça a plutôt l’air d’être la facilité à les picorer et leur disponibilité, en quantité.

2 J'aimes

pour les chips, ou CEREALES, piocher ds un paquet, il y a un mouvement continu de va et vient, ca detend, ca berce, ca rassure , on attrape le paquet on mange …

1 J'aime

n’importe quoi en fait peut devenir du plaisir , des l’instant ou ca fait du bien, nous rassure, donne du plaisir et donne un sentiment de securite

1 J'aime

C’est intéressant de se poser la question si le sucre est « pire » que d autres aliments.

Je sais qu il y a eu des expériences sur les souris qui montrait une préférence sur le sucre par rapport à la cocaïne. Maintenant on est différent des souris et pour avoir côtoyé quelqu un qui avait des problèmes d addiction à la cocaïne, je préfère de loin avoir une addiction au sucre .

Personnellement, j’estime qu’on est pas tous égaux devant l addiction. Il y a un profil addictif qu on peut retrouver dans certaines familles, par exemple parent alcoolique, enfant qui ne touche pas l alcool mais addiction à la nourriture, aux jeux d argent, vidéo etcc.

Comme je me connais et que j ai une tendance à l addiction (J en ai connu plusieurs types) je n ai jamais voulu boire de l alcool , ni meme gouter a certaines drogues par exemple.

@Anne ton ressenti est différent ? Tu penses toi que certains aliments sont plus la cause que la conséquence ? Vis à vis de ton expérience ?
Personnellement si j enlève trop de choses de mon alimentation, je l ai fait à une période de ma vie ou j étais sous cortisone, je me retrouve devant certains problèmes que je ne peux supporter que si j ai une raison valable (médicale, éthique ou autre chose qui me tient à coeur)

1 J'aime

Mon postulat de départ ne précise aucun type d’aliment.
Je ne parle de surcre que comme exemple dans mon cas personnel.
Le sujet reste ouvert et justement pose la question de qui a remarqué cela et avec quels produits.

Dans mon cas précis, oui le sucre est le souci puisque j’ai une addiction au sucre.

Je suis totalement d’accord avec ce point.

La facilité est un point, mais c’est facile de manger une pomme ou une carotte.

Plusieurs personnes parlent du goût, du plaisir, du coup l’impression que j’ai c’est que les exhausteurs de gout sont souvent le point commun, eux et aussi le sucre en effet mais pas que.

Je dirais simplement que je constate que certains aliments sont plus propices à des prises alimentaires qui partent dans l’excès.
Mais je pense pas qu’il soit pour autant la cause.
J’ai rarement fait un excès de concombre même si j’adore cela.
Je me demande donc juste à quel point certains aliments ont ou non une influence, un facteur de plus qui ne serait pas l’origine mais plutôt un facteur « aggravant ».

Le cas du sucre (je mets à part le sucre naturellement présent dans les aliments) est un peu à part, car il est connu pour agir comme une drogue et provoque aussi une sensation de manque.

Dans tous les cas, une alimentation saine et une alimentation sans interdits et sans tabou

1 J'aime

Je trouve pertinent de se poser la question.

Je pense que la surabondance de ce type de nourriture a aggravé un problème d alimentation chez certains. En effet, l aspect très facile aussi d accès fait que si on en a sous la main c est très rapide comme réponse.

J avais des troubles alimentaires déjà depuis toute jeune même si je n étais pas grosse. La nourriture était ma seule source de plaisir et une fois que j ai pu avoir accès à ce type de nourriture (que je n avais pas chez moi ) j ai commencé à grossir.

Pour autant, je suis fascinée par les gens qui ont tout plein de choses de ce style dans leurs placards et qui en mangent de temps en temps.

Ceci dit je n aime pas le concombre par exemple, mais je peux tout à fait manger beaucoup d un gratin d aubergines à la parmigianna.

Mais du coup c est vrai que le fruit ou le légume cru, tout seul sans rien d autre, j en mange mais pas au même point que si c est cuisiné

1 J'aime

@Anne tu parles du crunch comparé au chocolat noir, des barres chocolatées, du Nutella. Des aliments très sucrés. Tu as parlé du sucre sur un autre topic sur ce forum (je ne sais plus où mais je m’en souviens) et tu as parlé des sucres cachés du pain sur VLR. Tu ajoutes même que le gras n’est pas un problème, en répondant à Liberta. Cela correspond à un mode de pensée actuel assez répandu où bannir le sucre serait presque une panacée.
J’ai vu un reportage sur le sucre sur Arte il y a quelques années où ils expliquaient que les industries agricoalimentaires aimaient faire des associations de gras de sucre car la structure du cerveau humain est ainsi faite qu’elle en réclame beaucoup, ce qui fait que ces deux produits combinés sont très addictifs.

Quand je vivais chez ma mère j’étais très stressée, ça se traduisait par du bruxisme (grincement des dents) que j’apaisais en mangeant 1 à 3 carotte(s) crue(s) par jour. Le goût terreux (je ne prenais que des carottes fanes ou des sables) et le croquant était ce que je recherchais. Cette addiction s’est arrêtée toute seule quelques temps après avoir déménagé de chez ma mère. Néanmoins, c’est plus simple d’ouvrir un paquet de cacahuètes que de nettoyer et couper une carotte, même si ça n’est pas compliqué.

Comme dit par Saralou, je suis également fascinée par ces gens qui ont des aliments à forte appétance chez eux et qui n’y touchent que peu, comme mon amie dont je parlais. Le fait qu’on y revienne ne vient pas seulement des aliments et de leur composition.
Le fait qu’on pense avoir des compulsions non plus. Je suis incapable de garder des gourmandises très longtemps mais je me considère pas non plus comme compulsive actuellement, je crois être une grignoteuse TV comme beaucoup de nos concitoyens occidentaux. Et au contraire j’ai eu un comportement compulsif avec des carottes.

Pour moi c’est effectivement cette facilité qui va jouer beaucoup dans mes crises, j’ai besoin d’un truc, j’ouvre un paquet et je mange. S’il faut que je lave une fruit/légume, l’épluche, fasse une sauce… c’est trop long.

J’étais très sucrée, je mangeais le nutella à la petite cuillère puis j’ai rencontré VLR et je réussi maintenant à avoir un pot de nutella à la maison sans y toucher. Maintenant ce sont les pistaches ou les graines de tournesol vers lesquelles je me tourne. Je me dis que les graines de tournesol c’est tout petit et le temps de les ouvrir j’en mange au final peu, donc même si c’est calorique, j’ose espérer que c’est mieux que des cacahuetes par exemple. En même temps je fais aussi des crises avec du pain ou des biscottes et du beurre… Une chose est sûre me concernant, quand j’ai une crise, j’ai envie de qqch en particulier, soit j’ai cette chose chez moi et je craque, soit je ne l’ai pas et tant pis : je n’irai pas l’acheter immédiatement.

2 J'aimes

La pâte à tartiner a aussi tendance à me faire basculer. J’arrive à me résonner maintenant, mais je prends toujours quelques cuillères de trop.
Les chips aussi, les fritelles, cones 3D, les pringles, les tucs… les gateaux apéro bien salés. Du coup j’en achète quasiment jamais.
Le fromage aussi, c’est souvent fatal , j’ai tendance à me laisser absorber par le sel en fait…
Parfois c’est plus le chocolat, mais j’ai fait un travail là-dessus et même s’il m’arrive d’abuser un peu comme avec la pâte à tartiner, ça reste relativement raisonnable dans le domaine du craquage.

Le seul aliment sain que je pourrais manger en abondance, ce sont les épinards frais, si seulement ce n’était pas aussi fastidieux de les préparer !