Syndrome de stress post traumatique

Connaissez-vous les symptômes de ce syndrome là?

Salut @ClapotementsFurieux,

J’ai vécu situations traumatisantes. Violence domestique (avec menace de mort, d’agression et d’emprisonnement privé pendant une semaine * lorsque vous êtes enfermé par un partenaire à son domicile ) - cela fait plus de 16 ans que j’ai réussi à me séparer de l’agresseur, sans autre dommage physique.

Les conséquences dont je fais face aujourd’hui en thérapie (psychologie et thérapies complémentaires), en général, ce sont des syndromes chroniques de stress, d’anxiété et de peur (mais peuvent se transformer en dépression et en panique pour certaines personnes).

L’aide d’un professionnel de la santé est essentielle. Les thérapies renoncent à l’expérience, aident à comprendre quels déclencheurs elles déclenchent lorsque nous sommes dans certaines situations. Cela nous permet également de continuer la vie, pas de généraliser les expériences, parmi de nombreux autres avantages.

Si tu veux parler sur le sujet, vous pouvez m’appeler en privé.

3 J'aimes

Les symptômes sont nombreux et différents d’une personne à l’autre et en fonction du trauma vécu : cauchemars, revivre le trauma, panique, angoisse, phobies, nausées, maux de têtes, maux de ventre… Moi j’ai même eu des mycoses vaginales à répétition à cause d’un trauma donc, c’est vraiment très divers. Le mieux est d’en parler au médecin. Une technique qui fonctionne bien est l’EMDR.

La nuit quand on dort les yeux font des mouvements très rapides de gauche à droite et cela permet au cerveau de passer en revue et de digérer tout ce qui s’est passé dans la journée. Dans le syndrome, les trauma ne sont pas digérés et ils reviennent dans le conscient en empêchant d’avancer. Le thérapeuthe EMDR va permettre de digérer les trauma en reproduisant les mouvements des yeux et en reconnectant les sensations du corps au émotions ressenties.

2 J'aimes

Bonsoir Mathilde,

Sais tu où je pourrais trouver un praticien compétent en EMDR?..
Où sont formés les praticiens?..
A dire: à quel centre je pourrais trouver un praticien compétent?
Et sur combien de séances existe t’il un résultat?..

Il existe une question qui me vient à l’instant:
L’EMDR et l’hypnose sont semblable ou différent comme pratique?..

L’hypnose a été découverte je crois au 19ème siècle.
Peut-on m’expliquer ce qu’est l’hypnose.
Et si, physiologiquement, la science de 2020 arrive à l’expliquer?..

J’ai de l’appréhension pour l’hypnose.
Je ne pense pas pour l’EMDR.

ClapôtementsFurieux qui arrêtera à clapôter sûrement suite à de l’EMDR

1 J'aime

Je peux t’aider modestement pour l’hypnose car je suis actuellement en train de faire des séances.

La première était un peu un test, elle avait pour but « détente et centrage ». Je n’avais aucune appréhension, parce que je le fait avec ma psy qui me connaît depuis plus de 5 ans.
Et en fait, on est conscient de ce qui se passe, on entend tous les bruits et si le thérapeute veut nous faire faire quelque chose avec lequel on n’est pas ok le conscient prend le relais et on ne le fait pas.
Personnellement, ce qui m’a déstabilisée dans cette séance c’est que je voulais fermer les yeux et qu ils s’ouvraient tout seuls, je luttais pour fermer les yeux :joy:.
Ensuite, il y a eu un moment « détente » où on prend conscience de son corps, de la pièce, etc.
Après elle m’a demandé de visualiser un endroit dans lequel je me sens bien (safe place) et ressentir avec mes sens (c’est un exercice difficile pour moi de ressentir au sens propre du terme, parfois j’ai des douleurs mais il faut que je focalise dessus pour les ressentir).
Ensuite elle m’a demandé de prendre conscience de mon centre et de le montrer ( c’est un point qui se situe sur le thorax ou abdomen).
Enfin elle m’a « réveillée », le mot n’est pas adapté car je n’étais pas endormie puis on a discuté de cette séance.

La semaine prochaine on doit travailler sur mon rapport à la nourriture.

La méthode dont parle Mathilde, j’en ai déjà entendu parler, sérieusement, ça me fait plus peur que l’hypnose mais je serais tentée d’essayer si quelqu’un pratiquait.

Je ne sais pas si je peux dire que je souffre de stress post traumatique, j’ai des angoisses, ma vie actuelle est conditionnée par rapport à des traumas dans l’enfance et je pense même à des traumas à ma naissance et durant la grossesse de ma mère.

1 J'aime

Je ne sais pas où tu peux en trouver, je suppose en demandant à ton psy si tu en as un, ou à ton médecin. Moi je la vois dans un cadre particulier et je ne peux donc pas la conseiller. Je peux peut être lui demander comment trouver un confrère. J’ai un rdv avec elle demain.

Sa formation , la mienne est psychologue mais je crois qu’il y a des psychiatres qui en font aussi.

En fait ça se passe en plusieurs étapes : déjà on décrit la situation qui nous a fait du mal, ensuite on décrit ce que ça nous fait dans notre corps (gorge qui se serre, larmes qui montent, mal au ventre…) on décrit en une phrase ce que ce trauma nous fait penser de nous, et ce qu’on aimerait penser à la place. Par exemple, après un inceste, je me sens sale (pensée négative) et j’aimerais me sentir forte d’avoir surmonté cette épreuve (pensée positive). On énonce le pire moment qu’on a vécu dans ce trauma et le thérapeute te guide pour trouver un lieu refuge, si la séance te secoue trop tu peux t’y réfugier pour te calmer. Ensuite tu dis la pire situation, le thérapeute te passe une baguette devant les yeux en te demandant de la suivre pendant 5 ou 6 aller-retour, en laissant aller tes pensées par rapport à la phrase de départ, puis te demande comment tu te sens et à quoi tu penses maintenant, puis reprends les mouvements, te redemande à quoi tu penses… Tu avances comme ça de pensée en pensée.

Ca peut être très émotionnant, certaines séances sont très dures, mais le thérapeute est là pour te guider et ne te mets pas en danger.

1 J'aime

Cela me fait du bien vos témoignages!!!
Du bien de les lire!!!
Ils me rassurent car ils me relativisent à ce en quoi cela doit être…
Ne pas savoir jusqu’alors me laisse alors dans l’imagination, projection, hypothèse, et avec moi, je peux imaginer beaucoup !!!

J’ai passé un IRM du cerveau il y a 15 jours.
J’avais fait de l’épilepsie déclenchée par des traumas.
Elle était déclenchée par l’insécurité, stress, …
L’IRM est pour faire une évaluation actuelle.
On entend des sons, différents, j’étais allongée, avec la tête encastrée.
Je m’étais imaginée que ma tête était emboitée comme dans un casque de plongée, ou un casque de moto… Histoire à relativiser mon appréhension. Pour les bruits, forts ou pas, différents les uns des autres, je me suis imaginée à les écouter et à les identifier pour faire comme si je pourrais les reproduire, une fois fini l’examen…
Je me souviens d’un bruit d’orgue.
Un autre similaire à celui d’un accordéon.
Je me concentrais à les « identifier » plutôt qu’à me laisser faire à entendre les bruits et basta.
Les identifier = j’étais occupée, concentrée à leur écoute = je ne pouvais pas laisser mon imagination d’appréhension à projeter du tout et n’importe quoi.
Je me suis occupée à faire comme si je ne passais pas l’IRM…
Pour éviter mes peurs car appréhension forte en moi à ce que l’IRM me déclenche une épilepsie…
A la fin de l’IRM?..
Je me pose la question si j’ai dormi ou dormi et ronfler en même temps?..
La thérapeute m’a expliquée que l’IRM s’est passé tellement bien qu’elle n’a pas eu besoin de m’injecter sa piqure de: « je ne sais pas quoi » …

Impression que l’EMDR vise aussi à être concentrée sur un souvenir d’un trauma, ou à un truc qui a fait peur; et de là: capter son attention pour essayer de « poétiser », « imaginer un ailleurs » en faisant un copier/coller d’une situation semblable mais pas traumatique?.. A faire comme si on se transpose dans un ailleurs?..

Je sais que lors de trauma, j’ai fait un syndrome de stress post traumatique avec phénomène de dissociation.
La dissociation était comme un réflexe de survie, à s’imaginer s’extraire de son corps pour faire comme si je m’échappais psychiquement de mon corps.
Pour fuir la scène en question qui était intenable, et de là: volontés inconscientes et tel qu’un réflexe à me projeter être « ailleurs » pour me mentir comme quoi: je ne vivais pas de trauma …
Même si dans le réel: mon corps vivait le trauma in vivo…
Volontés fortes me me leurrer la réalité!!!..
C’est comme cela à comment j’ai vécu la dissociation.

Pour ce qui est de l’EMDR c’est effectivement une technique efficace, on l’utilise pour lez traumas induits lors d’incendies, de séismes…

Pour trouver un praticien : https://www.emdr-france.org/web/annuaire-general/