Retour sur ma prise de poids, 15 ans après

Hello, ça fait longtemps que j’ai envie d’en parler ici, grâce à @Shy et @Saralou j’ose

Assez tôt j’ai eu des problèmes avec la nourriture, à l’origine c’était plutôt de l’anorexie. Pendant six mois je n’ai presque pas mangé. Personne ne s’est rendu compte de rien sauf l’infirmière du lycée et le prof de sport. Pas eu de perte de poids spectaculaire.

Bref, la tendance s’inverse, je deviens boulimique, je grossis un peu mais ça ne dure pas et naturellement je reviens à mon poids de départ. Parcours étudiant assez chaotique au début, néanmoins je suis enfin lancée dans une direction qui me convient.

Et là il m’arrive ce truc grave, un accident. A priori, pas de séquelles mais au vu de la suite je me demande si les médecins n’ont pas négligé un truc. Dépression et phase délirante. Je me retrouve devant un psychiatre qui me prescrit un traitement de cheval (je ne le savais pas à l’époque) sans m’avertir des éventuels effets secondaires. Zombifiée, à la maison, incapable de faire quoi que ce soit, en fait je ne me souviens pas de grand-chose, toujours est-il qu’en un an j’ai pris 30 kilos.

D’ailleurs un habitué du bar rock où je trainais avec ma copine m’a sorti peu délicatement que j’avais doublé de volume et il n’avait pas tort. Voilà, corps totalement différent, traitement qui me provoque pertes de mémoires et difficultés de concentration, études fichues en l’air et cerise sur le gâteau c’est fini avec mon mec.

Je suis bien sûr en colère contre la médecine en général. Mais aussi contre moi en fait, car je n’ai réussi à accepter ce changement. Et c’est un peu la raison de ma venue sur VLR à la base.

7 J'aimes

Les psychiatres ces choses de l’étrange, ça me rends ouf, déjà au niveau du traitement que tu avais, qu’il n’y ai pas eu d’essai avec quelque chose de plus léger, les traitements de ouf, c’est en dernier recours en théorie et c’est encore moins éthique si tu n’étais pas informé de ce qui t’étais prescrit et des éventuels effets néfastes. Si peu de déontologie ça me rends malade.

Ta colère est justifiée, contre la médecine.

Mais tu ne devrais pas être en colère contre toi même, accepter le changement et apprendre à porter un regard bienveillant sur soi même ça prends du temps, c’est pas quelque chose qu’on fait du jour au lendemain. Et faut pas t’imaginer que t’es moins qu’une ou un autre pour ça.

Déjà qu’à la base tu devais déjà avoir un passif ou te porter un regard pas super bienveillant sur toi avant ça, sinon y’aurait pas eu ton épisode anoxémique hein. Des fois ça vaut le coup de faire une petite introspection et de rechercher juste la base de cette perte de confiance ou d’estime en soi, essayer de mettre le doigt sur l’origine du problème, une remarque? Des attentes trop élevées de son entourages? Des amitiés toxiques?

Ce sera pas efficient à 100% parce que nos souvenirs perdent en véracité avec le temps, le cerveau brode autour d’un souvenir pour boucher les trous. Mais parfois ça peut vraiment aider à avancer.

Déjà le fait d’en parler c’est un grand pas en avant faut le savoir, tout comme le fait de t’être inscrites sur VLR pour ça à la base, c’est un cheminement sain et tu peux être fière de toi et du chemin déjà parcourue.

Il faut que tu saches et c’est vrai pour la majorité des gens, on a tous plus de valeur qu’on ne veut bien s’en accorder.

Si tu prends un moment pour te poser devant une feuille blanche et que tu couche un bout du chemin que tu as parcourue, des obstacles que tu as franchis tu verras que tu es une personne exceptionnelle à bien des égards.

Je le disais il y a peu dans un échange en privé, mais les gens croient qu’être fort c’est de traverser les épreuves sans jamais plier. Alors que la vrai force, c’est de tomber, d’être au plus bas et de trouver le courage d’avancer malgré tout.

Moi si y’a un truc que j’ai appris dernièrement, c’est que personnes n’est bien sa peau en vrai.

On se trouve trop gros, ou trop maigre ou trop quelque chose.

Genre j’ai deux collègues de boulot, quand elles me disent qu’elles doivent faire attention à leurs poids ou qu’elles doivent en perdre, ma mâchoire en vient à toucher le sol, parce que je pense honnêtement que ne serait ce qu’un kilo de moins et on ne les voit plus.

J’ai un cousin dopé et de fait super musclé, pour le coup, je peux te garantir « toutes » sont en pamoison devant son physique imposant et je dois dire que c’est un super physique qu’il a. Mais il ne s’aime pas, c’est la raison du fait qu’il se dope et se défonce la santé.

Et de manière générale, tous le monde trouve à redire sur lui et son physique.

Mais dans tout ça, faut aussi apprendre à s’aimer, ça ne veut pas dire être imbus de sa personnes pour autant. Mais quand tu te critiques à mort et que tu t’auto-défonces. Imagines ce que tu dirais à un, une ami(e) ou un, une proche dans ta situation et traite toi avec la même bienveillance, parce que tu le mérites.

Et quand ta bienveillance ne sera pas suffisante, n’hésite pas à en parler, tu n’es pas seule, ne l’oublie pas et ne te laisse jamais écraser par le poids de souffrance non partagés. Il y a des personnes qui seront ici ou ailleurs en capacité de prêter une écoute bienveillante et t’apporter des paroles réconfortantes.

"Vous, vous-même, autant que n’importe qui dans tout l’univers méritez votre amour et votre affection." Bouddha

4 J'aimes

depression et bouffee delirante, serait tu bipolaire ?suite a ton accident, ca a pu se declencher …c’est sur que s’il t’

Merci pour ton témoignage faye valentine. Prendre autant de poids en si peu de temps ça a du être difficile à vivre, tu ne devais pas te reconnaître.

J espère aussi que tu as pu maintenant diminuer ou arrêter ce traitement ?

Accepter le changement , c est pas si simple en effet, il faut un long chemin je pense pour l acceptation. C est assez difficile malgré tout dans notre société, même si les choses changent, il y a encore un poids et un jugement pas facile à porter sur les personnes obèses ou en surpoids.

N hésite pas à venir parler ici en tout cas !

1 J'aime

Merci pour vos réponses qui me font chaud au cœur !

@Saralou J’ai pu diminuer le traitement heureusement au fil des années et d’ailleurs je ne prends presque plus rien actuellement. Je suis en bonne vois pour un arrêt complet d’ici quelques mois (c’est un médicament qui s’arrête très progressivement)

@Shy Oui tu as raison je vais être plus bienveillante et moins exigeante envers moi-même il est temps que je me détende un peu ! C’est super ce que tu écris j’aurais aimé qu’on me le dise plus tôt mais peut-être est-ce moi qui ne l’ai pas entendu et qu’on a déjà essayé :wink:

@tombboy je ne sais pas j’ai jamais eu de diagnostic à proprement parler mais bon c’est du passé de toute façon je ne vais pas chercher plus loin le principal pour l’instant c’est d’aller de l’avant !

6 J'aimes

Amen, tu peux être exigeante, si cette exigence n’est pas dénué de bienveillance. La plupart des gens ont un rapport très malsain à l’échec, genre échouer c’est le pire truc du monde et pourtant non. Y’a que les gens courageux qui échouent, parce qu’ils ont eu l’audace d’essayer. Et puis échouer ce n’est pas la fin du chemin, en prenant la mesure de son échec, calmement et avec bienveillance on peut en tirer des conclusions objectives, peut être que c’est juste qu’il y a des jalons à poser avant de réussir et dans ce cas on réessaie. Nelson Mandela disait : Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends.

Mais le plus important c’est d’avoir cette bienveillance envers soi, parce que mine de rien, ça permet d’être plus objectif qu’en s’auto défonçant et en participant à la dégradation de notre propre image.

Ne doute pas un instant que tu es exceptionnelle, pas parce que tu es parfaite, mais parce que tu es toi et que tu avances et va de l’avant malgré les épreuves. Et ceux qui nieraient ton courage, c’est bon, tu peux t’en détacher OKLM, c’est des boulets que tu traines.

Tout ce que j’écris est super on parle de moi voyons :sunglasses: Je déconne, je déconne, calmez vous, c’est du second degrés.

Peut être que tu n’étais pas prête à l’entendre ou ne voulait pas l’entendre et peut être même que tu refusais de le voir et de l’admettre, parce que tu ne voulais pas t’accorder plus que de crédit que tu ne t’en donnais. Mais qu’importe? Ca c’était hier et donc passé.

Aujourd’hui tu l’entends et tu suis une démarche qui est saine envers toi même. Et vu qu’on ne peut pas changer hier, le plus important reste aujourd’hui, parce que c’est avec ça qu’on écrit demain.

Et si tu crois en toi, tu iras ou tu voudras, ça ne veut pas dire que ce sera facile et qu’il n’y aura pas d’obstacle, mais tu iras ou tu le souhaiteras et dans la direction que tu souhaites pour toi et tu verras aussi qu’en croyant en toi, les autres croirons aussi en toi.

Et dans les moments ou tu te sentiras débordée, souviens toi juste que tu n’es pas seule et que tu peux en parler. Ce n’est pas mal et ce n’est pas une preuve de faiblesse. C’est courageux et normal, parce que personne n’accomplis rien seul. Personne.

:smiley:

3 J'aimes