Réagir aux réflexions des enfants

Coucou!

Il y a quelques mois, un enfant de 4 ans m’a dit « tu es grosse », c’est un constat et c’est vrai. La maman lui a demandé de s’excuser et était gênée alors que bon, moi ça allait.

Sauf qu’aujourd’hui, mon fils du même âge a dit à un monsieur « tu as un gros ventre ». Gros moment de gêne, j’ai même pas eu la présence d’esprit de demander pardon. On a eu une bonne conversation en rentrant à la maison.
Dans les 2 cas il s’agit de réflexions sur la corpulence mais il a déjà fait une réflexion sur la couleur de peau « pourquoi le monsieur il est noir? », pour sa défense, en franche comté profonde, il y a extrêmement peu d’ethnies différentes mais quand même, moment de gênance… on lui a expliqué que toutes les personnes étaient différentes et que ce n’était pas ce qu’on voyait à l’extérieur qui comptait mais ce que sont les gens à l’intérieur, leurs qualités.

Comment réagissez vous dans ce genre de situation ?

j’ai déjà eu une petite fille qui m’a dit que j’étais grosse, je lui ai dit qu’effectivement je l’étais mais qu’on était tous différent et que c’était ça le plus important, parce que si on était tous identique, on ne se reconnaîtrait pas. elle a été toute contente de la réponse.

les enfants sont curieux, ils ne pensent pas à mal, donc si tu leur réponds normalement, sans crainte et sans gêne, ça passe sans problème et ça leur ouvre l’esprit.

2 J'aimes

Je pense que mon fils va bientôt arriver à cet âge (vers 4 ans), s’il fait une réflexion sur une personne grosse, je lui dirai que sa maman aussi a été grosse et je lui montrerais des photos, et lui dirais que tout le monde est différent. Pour les couleurs, nous vivons en banlieue cosmopolite, il a l’habitude. Pour d’autres caractéristiques, idem, nous sommes tous différents. J’ai davantage la crainte qu’il ne subisse des railleries de ses camarades d’école vis à vis de moi et certains détails de mon apparence.

1 J'aime

Comme les autres je dirais que plus on est naturels et qu on parle de la différence d une manière tranquille mieux ça passe.

Je ne me suis pas vexée quand j ai eu des réflexions d enfant.

Après, chapinette je comprends ton appréhension pour l école. Ici mes fils se sont fait beaucoup embêtés à l école. le fait que j étais grosse était aussi dans les moqueries qu ils ont eu.

Mais ils se sont construits avec ça. Ils ont une grande tolérance et ouverture à la différence et c est quelque chose de très important pour moi.

2 J'aimes

mes fils n’ont jamais eu de railleries par rapport à mon apparence, je leur avais même demandé un jour si ça ne les dérangeait pas d’avoir une maman grosse et la réponse a été non

3 J'aimes

Un jour, mon neveu qui était petit, m’a demandé pourquoi j’étais comme je suis.
Je lui ai alors expliqué que de même qu’il y a des grands et des petites, il existe des gros et des maigres.
Que les causes sont multiples, mais que gros ou maigre, nous sommes tous des êtres humains sensibles.

Je lui ai aussi dit que oui je suis grosse, mais que beaucoup de monde a utilisé à tord cet adjectif comme une insulte et que à cause de ces personnes mauvaises, d’autres gros comme moi sont tristes quand on leur fait remarqué car ils pensent à toutes les insultes.

3 J'aimes

J’ai été animatrice avec des petits enfants, un jour une petite m’a demandé pour quand était le bébé, je lui ai répondu simplement et avec un sourire que j’étais grosse et pas enceinte, sa mère qui était là était gênée, mais pas moi.

La maman est venue me voir pour s’excuser, je lui ai dit que c’était normal que les enfants posent des questions, que ce n’était pas malveillant et que c’est le tabou qui était problématique.

Elle m’a remercié et est repartie sans rien dire de plus.

1 J'aime

C’est chouette. Dans ce cas précis je ne parlais pas de ma corpulence mais c’est bien que tes garçons n’aient eu à souffrir de rien.

et la réaction d’adultes à adultes…on en parle…:shushing_face:
pourquoi je dis cela …cela m’est arrivée très récemment…dans le bus.
j’étais assise…je vois monter une jeune femme, ventre arrondi…moi bien polie, je l’invite à prendre ma place assise (par respect et éducation) et elle me dit…spontanément : merci c’est gentil mais je suis pas enceinte
OKKKKK Anne…boulette c’est toi lol:scream::scream::scream:
et moi spontanément je lui réponds dans mes “rondeurs” de phrasé tout autant spontanément et surtout avec le sourire : et bah on est 2 alors
la crise de rire qui s’est répondu à l’entourage
j’avoue avoir rougie quelque peu de cette déconvenue :joy:

4 J'aimes

Une copine assez ronde m’a raconté la même genre de chose. Elle était dans le RER dans le couloir et une dame a dit à son enfant “Laisse la place à la dame, elle attend un bébé”…et ma copine, qui a son franc parlé, de réponde “reste assis, la dame n’attend pas de bébé…elle est juste grosse”…gène de la mère :anguished:

2 J'aimes

chapinette : j’ai eu cette crainte aussi, l’année dernière mon fils m’a dit qu’on s’était moqué de lui parce que j’étais grosse mais vu qu’il a tendance à raconter des bobards… j’ai demandé à la maîtresse qui m’a dit qu’elle n’avait rien entendu et qu’elle serait vigilante mais il n’y a pas eu de suites.
Finalement il me dit que je suis belle donc je suppose que ce n’est pas trop gênant pour lui.

C’est vrai que les enfants sont natures et constatent mais parfois ça nous met dans de drôles de situations.
Et j’aurais pu gaffer aussi avec des adultes.

Si je n avais pas été grosse, les enfants qui embêtaient et rejettaient mes fils, aurait dit autre chose (et ils ont dit plein d autres choses).

J ai essayé de leur transmettre qu il ne servait à rien d essayer de se transformer pour plaire aux autres ou être populaire. Mais très honnêtement, cela n a pas été facile ni pour eux, ni pour moi ensuite (sur mes propres blessures de rejet à l école ).

Je leur disais soit de ne pas répondre, soit de dire “Oui et alors ?” Ce qui était important c était de comprendre qu on est ce qu on est et qu il y aura toujours quelqu un pour nous reprocher telle ou telle chose. Donc autant chercher qui on est , qui on a envie d être et se plaire (pour des raisons qui nous appartiennent).

Malgré la souffrance de ces années , ils sont maintenant arrivés à un équilibre (plus ou moins facilement ) .

Mais si j écoute d autres jeunes, tout le monde n a pas souffert . Donc il y a un ensemble de facteurs pour le harcèlement à l école, pas toujours logique d ailleurs.

4 J'aimes

C’est bien vrai ce que tu dis là saralou.

1 J'aime

Je me souviens de 2 grands-mères, dans les toilettes d’un supermarché qui viennent vers moi tout sourire et me demandent “c’est pour quand ?”

Je n’ai pas eu le coeur de les contredire, elles avaient l’air tellement gentilles, je leur ai dit que j’avais encore du temps (tu m’étonnes), j’ai fini de me laver les mains et je suis partie avec un sourire.

Aussi eu des personnes qui se sont levées pour moi dans le bus ou le métro, dans ce cas en général je remercie et dis que je n’ai pas besoin de la place.

C’est de plus en plus rare de voir des personnes de bonnes volontés, je n’ai pas toujours le coeur de rectifier et de casser cet élan.

1 J'aime

Ah ben perso quand j’étais enceinte les gens prenaient grand soin de ne pas me voir pour pas céder la place! oO
Et encore aujourd’hui en portage certains m’ignorent royalement sur un passage piéton…! (pourtant je trimballe 93 cm et 13 kgs hein! autant dire que j’ai pas envie d’attendre des plombes debout).

Mon 2 ans ne parle pas mais il a poussé de grands cris et montré du doigt un fauteuil roulant que je lui ai demandé de laisser passer (oui il marche à 2 à l’heure, fait un bisou à chaque poteau et regarde chaque pigeon quand il marche…). Je me suis arrêtée pour lui expliquer que nous laissons passer la dame car elle va plus vite que nous. que la dame était en fauteuil roulant, une sorte de poussette pour les adultes qui ont les jambes malades. Il a regardé la dame qui c’était arrêté en lui disant “bobo? 'isou 'gique?” on a éclaté de rire!
J’ai envie de répondre à un enfant par le constat et une petite explication (c’est ce que vous faites en fait non?)pour éloigner les jugements. Mais j’ai peur de blesser en face aussi car certaines personnes sont mal et c’est dur de constater ce que l’on perçoit d’eux et de leur physique.

1 J'aime

Ah mais moi non plus on ne m’a jamais laissé la place à la caisse, même en fin de grossesse, même en faisant comprendre que j’ai des contractions :joy:

En vous lisant j’ai l’impression qu’on laisse plus facilement la place à quelqu’un de rond qu’a une femme enceinte…ça promet ! Je me suis aussi retrouvé à expliquer à une petite de 4ans que oui, on est tous différent et que oui je suis “grosse”. J’ai beaucoup aimé parce que comme vous je trouve que les petits sont “nature”. Il n’y a aucun jugement, juste un constat. Comme la petite demoiselle qui te dis “tu as les cheveux en désordre” parce que tu rentres de la surveillance de la cours et qu’il y a du vent ! C’est un constat rien d’autre.

2 J'aimes

J’ai pas d’enfants, je suis ronde mais on m’a jamais proposé la place… J’aurais bien aimé pendant les grèves :joy: