Mon lien avec mon corps, selon les époques

Bonsoir,

Je voudrais vous transcrire mon lien avec mon propre corps.

J’ai connu de la maltraitance physique, routinière, à la vue de tous, avec des intensités inimaginables,…

=> Les douleurs vécues par mon corps étaient telles que :

  • anticipation des prochains coups à devoir vivre…
    => Etat de stress permanent où il m’était difficile de déstressée puisque en insécurité constante…

=> Pour compenser, sans le vouloir: je me cajolais par moi même.
(Il était interdit que j’ai une peluche, une poupée étant petite…)
Et donc, je prenais soin de mon propre corps à le toucher, le cajoler comme si je le réconfortais, pour oublier ce que mon corps avait dû subir et pour essayer de le « préparer » pour l’après…

=> Je suis devenue hyper-sensible à mon corps à dire que:

  • à un printemps, je m’étais jurée que plus jamais mon corps ne connaîtra de violence physique ou bien…
    Je me suicidais illico presto.

C’est dans les années 2000 où un thérapeute m’a dit que cette promesse que je m’étais dite étant môme, était en réalité « une menace » envers ma propre personne…

Etant adolescente: refuge dans le sport à 500%
Sport = défouloir = ne pas penser à mes soucis d’alors.

Puis abnégation totale de mon corps comme s’il n’existait pas et je sais pourquoi…

Lorsque devenue femme, il fallait se maquiller pour "être comme il faut "…
Les histoires à devoir s’épiler « pour être belle » = flashbacks intenables pour moi de ce que mon corps devait subir… Avec les fois où, étant môme, la grand mère me tirait par mes longs cheveux avec devoir à ce que je lui obéisse à ses injonctions de cette époque là…

Je sais que maintenant: je ne supporte pas l’idée d’aller chez un coiffeur…
Je me coupe moi même mes cheveux et à ma convenance et si loupé et bien peu de personne le voit et les cheveux repoussent et donc je peux rectifier la coupe dans les 2 semaines.

Je préfère être poilue.
Et j’ai appris à l’être même si le fait que j’assume ma pilosité dérange des femmes de façon extrêmement agressives venant d’elles …

Là, je suis proche de la ménopause.
J’étais obèse cet été 2019.
En Septembre 2019: problème de santé = j’ai perdu dans les 13 kgs en je crois: 10 jours…

Résultats:

  • redécouverte du plaisir de marcher sans en connaître des douleurs au coeur et au thorax.
  • plus d’essoufflement et de fatigue.
  • redécouverte de l’amplitude des jambes à pouvoir se déplacer sans faire mal.
    C’était une redécouverte que je pouvais:
  • effectuer un effort physique (comme celui de marcher) sans le vivre comme étant un effort mais un plaisir, une délectation à pouvoir marcher…

Depuis Octobre 2019:

  • des signes de bouffées de chaleur que je ne connaissais pas jusqu’alors.
  • peur en moi très forte de mourir car j’avais peur de vivre alors des malaises si j’y perdrais connaissance comme en Septembre 2019…

=> Je crois que…:
J’ai maintenant peur de me prendre en main à me reconnecter à mon corps par de la gym ou de la relaxation ou de la marche…

Là, nous somme en Avril 2020:

  • peur de découvrir in vivo la ménopause sans pour autant avoir un choix pour mon corps et ma personne à pouvoir faire un pied de nez à la ménopause ou non.

Peur de me découvrir avec « une nouvelle morphologie » et que, celle ci devrait être pour moi: comme avachie?..
Avachie pour moi évoque une silhouette qui a été forte et qui serait maintenant flasque et « morte de l’intérieur »…

Peur aussi de ne plus pouvoir connaître du plaisir charnel et sexuel avec mon amant.
Peur que mon corps soit « anesthésié » et que je ne le perçoive plus comme vivant…

Je n’ai pas de connaissance à la ménopause et comment on la vit?..

Et il se peut que j’ai un cancer du sein.
Et donc peut être chirurgie?..
Je n’y connais rien.
Et dépistage reculé à cause du confinement…

Aussi: comment voyez vous, comment interprétez vous mes rapport à mon corps?..

Pourquoi en ce moment:

  • difficultés pour moi à me mettre à de la gym?..
    Alors que lorsque j’y suis: j’y reste plus qu’il ne le faudrait?..

mes hypotheses:
gym:car la gym, te met en adequation avec ton corps, qui a souffert, c’est comme si tu allais entamer le dialogue avec lui, qu’il le faut , mais tu recules de tous les fers ?ET TU t’en veux ce qu’il t’es , de ce qu’il lui est arrive , d’ou besoin inconscient de le dfaire souffrir en restant plus longtemps ds l’effort physique

cancer du sein:depistage, mamographie, biopsie ou non , on enleve la tumeur, selon le stade du cancer, ou alors une partie du sein ou le sein tout entier , tu as le droit de refuser la reconstruction mammaire (tu seras alors une amazone)
ce faire belle est ausi un dialogue avec le corps et selon ce qu’il a subi, ce peut etre inconfortable!
une femme libre de son corps , qui choisit de s’affranchir des codes, peut rendre les autres femme mal a l’aise, elle voient cela comme uen trahison, envers l’espece feminine

chaque femme vit la menopause differemement:pris e d e poids , secheresse intime …il y a des solutions, chimiques ou naturelles, tu restes une femme a part entiere , le plaisir si necessaire peut s’apprivoiser autrement, et meme si le corps change (prise ou perte de poids , menaupose), le plaisir est là, meme si different peut etre …
perdre du poids, n’est pas perdre ta force, c’est juste ton quotidien physique qui s’allege et se facilite , ce n’est pas ton poids, qui fait ta force , mais ton vecu; te defaire de ton poids, n’entachera pas ta force anterieure , tu perds du poids, mais non ton vecu, donc, tu n’es pas « vide »
menaupose:supplementation en vit d, car fracture plus frequente(femur), un moindre systeme immunitaire tu ne pourras plus donner la vie, mais la transmission restera impoortante, tu es une femme qui a vecu, qui peut « donner la vie autrement », en aidant, transmettant son experienc et son savoir
ai je repondu a tes interrogations ?

1 J'aime

Bonjour Tombboy,

Oui!!!

Tu me fournis beaucoup de réponses à mes questions et à mes freins!!!

Là, on est le 24 Avril 2020.
Depuis mon post d’origine début Avril 2020:

  • j’ai réussi à me confronter à ce qui me fait peur .
    => J’ai vu la gynécologue pour le dépistage du cancer du sein + question sur la ménopause et pourquoi il est difficile à trouver des infos sur la ménopause via un bouquin en bibliothèque ou dans une librairie…
    Volontés de m’y instruire pour arrêter d’avoir peur.
    => J’ai fait la mammographie et l’échographie pour le dépistage du cancer du sein.
    La radiologue m’a dit illico presto que pour elle: il n’y aurait pas de cancer.
    Lorsqu’elle faisait son diagnostic par palpation aussi, …
    C’était tout sauf à la base de sein où existe aussi chez moi la côte.
    Elle palpait en latérale, sur le bulbe mais évitement pour la praticienne à le faire aussi à la base du sein…
    Intuition que:
  • son diagnostic est du routage de gueule médical mais à but lucratif à être payée pour des examens de mammographies et d’échographies.
  • le fait aussi que illico presto, pour elle: il ne devait pas y avoir un cancer du sein alors qu’elle n’a pas pris de temps pour lire ses résultats des examens médicaux.

=> Volontés d’en parler à la gynécologue .

A relire mon post initial, je comprends que je redoute les flashbacks…
A dire que d’être de nouveau en rapport avec mon corps me faisait peur car peurs inconscientes en moi à ce qu’il me fasse ressurgir des traumatismes vécus et archivés depuis en moi de façon inconscientes…

Face aux flashbacks: il faut savoir tenir, savoir comment y faire face, puis savoir à comment le gérer…

Depuis?..
Je me suis crée un planning.
Réveil pour telle heure pour tel projet…
Dans la journée: volontés à essayer d’aboutir à mes objectifs et tant pis si impossibilité d’y parvenir à 100%.
Mon objectif est d’essayer à y parvenir…
A dire à réussir à me conditionner pour me prendre en main!!!

Et donc,
J’ai plus le moral car: dans l’action.
En une journée, je fais des projets divers.
Parce que variés et constructifs: j’arrive à y prendre plaisir et de là, à en connaître de la fierté!

L’un de mes objectifs est d’avoir diagnostiquer des peurs que j’ai et ensuite d’essayer à y faire face, à arrêter à m’en faire tout un cinéma…

J’ai la peur de l’argent actuellement.
Car pas de travail = pas de sou à la fin du mois ni d’aide de l’état X ou Y.
Jusqu’alors: je vivais au jour le jour.
Depuis peu: comptabilité.

Et de là: le fait de me confronter au Réel me fait maintenant du bien car cela arrête à angoisser nettement plus par les anticipations du lendemain…
Je me suis dit que ce n’est pas parce que je stresse que le stress va résoudre l’économie, et la crise actuelle.
Le fait de freiner le stress m’apporte maintenant de l’action, de la volonté à m’en sortir, de la libération d’oxygène car moins sur le qui vive…

Depuis plus d’une semaine: vols à l’arraché dans mon quartier, en pleine journée, par deux hommes qui agissent sur leur proie isolée…

Les rumeurs dans le quartier vont plus vite que les news du maire sur la sécurité…

A cause de la peur d’être victime: je m’étais refermée sur moi même et donc: isolée encore plus du monde extérieur…

Voilà mes avancées!

Avec aussi: gym de ma part en faisant…

  • du ménage.
  • du rangement.

A mon rythme…

Hier: redécouvertes suite aux rangements de figures de Pilates que la Kiné m’avait recommandée à faire!!!

Mon carnet avait été tellement bien rangé que je ne le retrouvais pas jusqu’alors même si je le cherchais…

Hier soir: je ne le cherchais pas.
Je l’ai trouvé!!!

Passe une bonne journée Tombboy et porte toi bien!!!

1 J'aime

La mammographie et l échographie peuvent tout à fait éliminer le diagnostic de cancer, car la forme de la tumeur est différente selon si elle est cancéreuse ou pas. Dans les cas douteux, le radiologue fait une biopsie et le donne à analyser.

Tu verras avec ta gynécologue à qui le radiologue doit envoyer le résultat, mais tu peux déjà te rassurer . La palpation n est pas assez fiable pour un diagnostic.