Médiator le jugement

Bonjour,

Hier matin à la radio, on parlait du jugement de ce médicament (coupe faim) qui a fait des dégâts épouvantables alors qu’il a été prescrits durant des dizaines d’années à des milliers de personnes.

Il semble que les victimes (si elles sont toujours en vie) vont percevoir un dédommagement.
Toutefois le laboratoire va continuer son chemin juste avec cette perte financière mais à priorité aucun changement dans le fonctionnement qui a créer ce résultat.

Qu’en pensez-vous ?
Vous sentez-vous concerné?

Je me sens concernée, ou du moins intéressée par cette affaire, car je fais partie des personnes à qui on a prescrit ce médicament dans le cadre d’un régime ( comme coupe-faim ) , associé à d’autres médicaments qui ont été retirés de la vente depuis .
J’en ai pris au moins 1 an, mais par chance je n’ai pas eu de lésions cardiaques ou d’HTP.
Je continue de trouver ça scandaleux, d’autant que le retrait du marché a tardé : effets délétères dénoncés en 97, retrait en 2009. Pendant 10 ans on a empoisonné des gens pour les faire maigrir, ça me met très en colère d’y penser.
Je trouve ça juste que le labo soit condamné et les victimes indemnisées même si, globalement, ça ne changer pas grand chose : les labos verrues continueront comme avant et les gens lésés ne retrouveront pas leur santé.

2 J'aimes

je suis concernée pas cette histoire ,j’ai pris du mediator pendant des années en coupe faim ,d’ou mes problemes cardiaques ,j’ai essayé de remplir la fiche de demande d’indemnisation mais il demande des dates précise que je n’ai pas pas , certain ou certaine sont sans doute beaucoup plus touché que moi et je leur leur souhaite réparation, qu’es que j’ai pu etre naive mais le pire c 'est que j’avais perdu beaucoup de poids a l’epoque , le poids toujours le poids et ado c’est pire ,bon courage aux victimes ou aux familles endeuillés qu’ils optiennent justice

5 J'aimes

Ton témoignage est terrible, Liberta33, on sent une sorte d’abattement et lire que tu te trouves naïve alors que tu es victime fait froid dans le dos quand on connaît l’attitude qu’a eu l’ancien patron du laboratoire Servier.

Je ne suis pas concernée mais maintenant que j’y pense, mon frère avait 21 ans en 97 et était en surpoids, et je crois me souvenir qu’il a été tenté par des coupe-faim (aucune idée duquel) qui ont eu mauvaise presse juste après, alors il avait tout arrêté.

2 J'aimes

Je ne suis pas aussi catégorique que tous les jugements qui ont été portés, notamment dans la Presse. Que ce médicament soit un poison, que Servier soit un empoisonneur, c’est indéniable (et les dommages et intérêts sont bien chiches). Par contre, la responsabilité (l’irresponsabilité devrait-on dire !) des médecins et de certains patients est importante.

Ce médicament a été originellement conçu pour lutter contre une certaine forme de diabète. Hors, il a été rapidement détourné de sa thérapeutique lorsque l’on a découvert ses « vertus » amincissantes. La Presse, le bouche à oreille ont fait que beaucoup de patients (essentiellement des femmes) l’ont demandé à leurs médecins traitants dont pas mal ont capitulé en leur prescrivant, certaines demandes ayant une forte connotation de chantage exercé sur les praticiens, pratiques hélas très répandues dans notre société.

Donc, en fonction de tout ce qu’on a pu lire depuis le début du procès, médecins et patients eux-mêmes ont une part de responsabilité. Certains savaient pertinemment qu’il y avait des risques importants mais leur envie de maigrir à tout prix l’a emporté sur le bon sens. Ce qui fait qu’aujourd’hui, le nombre de morts et de malades graves est bien plus important (quelle proportion ?) que si ce médicament avait été correctement prescrit…

@Prax je ne connaissais pas les risques ,ni mes parents qui m’auraient jamais permis de prendre ce médicaments , peut-être en connaissez vous qui on pris ceci en toute connaissance de cause ???
bref le mal est fait …

On va faire comme sur les autres lieux de parole sur internet, c’est agaçant mais là c’est nécessaire : peux-tu sourcer ces informations ?

@Liberta33, je ne connais(sais) qu’une personne qui prenait ce médicament, une collègue et qui n’a pas arrêté tout de suite quand on a commencé à en parler dans les médias (je ne connais pas sa chronologie exacte). Elle n’avait pas de diabète et elle prenait ce médicament uniquement pour ses vertus amaigrissantes « magiques ». Par la suite, après l’arrêt, elle n’a pas eu de complications mais qui sait pendant combien de temps elles peuvent se déclencher. Connaissant la femme, je sais qu’elle était prête à beaucoup pour perdre du poids et à ne pas en reprendre. Et elle n’est pas un cas isolé…

@Chapinette, aucune source compilée. Cette affaire dure depuis des années et j’ai simplement fait appel à ma mémoire. Certains patients ont insisté sans connaître les risques (il est d’ailleurs impossible qu’une majorité de médecins l’aient prescrit tout en les connaissant, ce qui voudrait dire que le corps médical est bien pourri !), d’autres avaient des doutes. Mais devant le résultat (amaigrissement), le bon sens ne pesait pas grand chose dans la balance. Chacun sait pertinemment que les traitements miracle n’existent pas. Lorsque l’effet se produit pourtant, il y a un prix à payer et certains le font sans hésitation.

Après ça bien entendu, chaque médecin interrogé répondra qu’il avait prévenu ses patients (ou tout au moins dira qu’il n’était pas au courant des risques, de bonne foi ou non) et aucun patient n’ira crier sur les toits qu’il a insisté, soit en connaissant certains risques soit en étant dans l’ignorance des effets secondaires.

Bref, comme toujours, la culpabilité des uns n’exclut pas la responsabilité des autres…