Les conséquences du confinement pour l'économie

Je me pause la question sur les conclusions actuelles du confinement pour « après »…

Ceux qui peuvent travailler à distance y parviennent par télétravail.
Est ce que les modes de travail vont s’adapter en prenant la période du confinement comme expériences professionnelles qui seront alors évaluées à être utiles pour l’« après » le confinement et l’après crise économique?..

Qu’en pensez vous?..

Quels seront les secteurs économiques qui devront rester utiles pour l’économie de base?..
Les déplacements internationaux seront ils toujours aussi pratiqués que avant le télétravail / confinement?..

2 J'aimes

Je lisais cet article sur le sujet Companies will shift supply chains away from China after coronavirus crisis, Mark Mobius predicts

La logique voudrait en effet que les pays qui le peuvent tentent de faire revenir l’industrie chez eux pour ne plus dépendre des autres comme par exemple la Chine.

J’espère aussi que le télé travail continuera à prendre plus d’ampleur.

Pour nous, cela voudrait dire le retour de jobs souvent considérer comme ingrats, avec des bas salaires et pas de qualifications nécessaires.
Ce qui est bien, c’est que cela va donner du travail et donc des salaires.
Mais cela va sans doute faire aussi augmenter les prix de nombreux produits qui seront du coup moins accessibles.

Sincèrement, j’ai passé beaucoup de temps durant la quarantaine à me poser des questions sur le monde de demain.

Une amie qui vie sur Amsterdam me disait que ce ne serait plus jamais pareil et qu’elle ferait encore plus attention, mais cette même amie à une histoire durant la quarantaine avec une personne qu’elle ne connaissait pas avant … ce qui de mon point de vue est un très gros risque donc …

Et puis j’ai vu mes concitoyens sortir ce week-end pour la première fois avec des enfants depuis 44 jours, et tous agglutiner sur la plage, coller les uns aux autres :rage:

Alors du coup, je me dis que l’humain est stupide et qu’il oubliera aussi vite.

Alors oui 2020 sera très différent, surtout avec l’épée de Damocles de la seconde vague ?
Mais combien de temps avant que nous revenions comme avant ?
Combien d’entreprise qui ne voudront pas ou ne pourront changer leurs fonctionnement en profondeur ?

1 J'aime

Oui!!!

Il existe un truc vieux depuis au moins les années 1999 - 2000:

  • à asphyxier les entreprises d’impôts directs ou indirects, les futures entreprises qui voulaient s’installer en France et décident à la finale d’aller voir : ailleurs!!!

Et ce n’est pas du tout avec du plaisir à devoir s’installer ailleurs !!!

C’est à :

  • s’adapter devant la Réalité qui avait été occultée jusqu’alors aux futurs entrepreneurs ou aux futurs libéraux!!!

Les taxes énormes que les salariés, les fonctionnaires, les demandeurs d’emplois, les personnes à la retraite, ignorent car pas instruites sur les montants de ces impôts là quelques soit leur code ou surnom inaugurés selon les époques…

Lors des études pour ma part: zéros heures sur les 3 ans à comment gérer un cabinet para-médical?..
Découvertes alors des charges à devoir faire face et à leur montant énormes ET aussi: aléatoires!!!
C’était en 1999 et en 2000.

Plutôt que de m’installer à mon compte: j’ai compris que même si j’aime mon métier, même si je suis professionnelle:

  • Taxes , impôts à payer.
  • en 1999 et 2000: 30% de la clientèle ne pouvait pas payer l’acte de soin pour laquelle elle avait pris RDV pour.
    Dans n’importe quelle région de la France!!!

J’en avais parlé de cette réalité à mes chefs que je remplaçais…

Oui: je ne rêvais pas!!!
Il y a 20 ans environ: 30% des patients ne payaient pas car il ne le pouvaient pas.

A trop asphyxier les entreprises jusqu’alors arrive à terme la question à:

  • pourquoi continuer en France?..

Et c’est bien le problème.
J’ose espérer que l’accent sera plus mis sur l’autosuffisance locale, ou au moins nationale, dans la limite du possible, mais on va pas se leurrer, on ne change pas ses habitudes du jour au lendemain. Même en ayant conscience de sa responsabilité en tant que consommateur, c’est pas toujours évident, alors ceux qui s’en foutent…

Ce serait bien aussi que les petites entreprises locales (et je parle pas des boui-boui qui importent du made in china et vendent des babioles en plastoc), de service ou alimentaire, ou axées sur le made in France ou circuit court, soient réellement soutenues. C’est assez dégueulasse tous les cadeaux fiscaux des grosses boîtes pendant que les petites boîtes galèrent. Ce serait bien de faire tourner l’économie des boîtes qui paient leur impôts en France, et soutenir ceux qui font le choix facile de ne pas délocaliser.

Tout le monde semble d’accord sur le principe, mais quand il s’agit de concrètement mettre la main à la patte, une bonne poignée de personne te sortent toutes les excuses possibles, et ça me bouffe. Personne ne peut être parfait, mais si on a la possibilité d’acheter son sandwich au boulanger artisan plutôt qu’à une chaîne américaine, ses livres dans une petite librairie plutôt qu’à un géant d’internet qui exploite ouvertement ses salariés, ses carottes au petit producteur plutôt qu’à l’enseigne qui les a rapatrié d’une autre région… Si au passage on peut préserver la planète pour éviter d’autres grosses catastrophes avec des produits qui ont bien voyagé en avion alors qu’on en avait juste à côté, et encourager des petites boîtes sympa qui respectera ses salariés…

Je ne sais pas à quel point j’ai dévié du sujet qui à la base est l’économie, mais le modèle social et le modèle économique sont étroitement liés selon moi.

2 J'aimes