Est ce de la grossophobie ordinaire?

Bonjour. Différent avec mon chéri, vous en pensez quoi vous ?

Un déjeuner avec un collègue, il dit « avant j’étais gros comme un porc » il ne l’est plus par contre vous même vous l’êtes et ça se voit, il ne peut pas l’ignorer. Vous lui faites remarquer que c’est blessant, il répond, « je le disais pour moi » et ajoute « je ne comprends pas les gens qui mangent comme des porcs et qui ne grossissent pas ».

Grossophobie ou pas ??

2 J'aimes

Je suis tenté de dire oui et non.

S’il était gros avant et à perdu du poids, tu as toujours le spectre de ce que tu étais et la peur que ça revienne, pourtant tu n’es pas justement dans le jugement des autres (Ca je peux l’affirmer parce que je suis dans ce cas la aujourd’hui). Quand il parle de manger comme un porc, c’est parce qu’il estime qu’il mangeait comme un porc. Et aujourd’hui il ne le peut plus, mais peut être qu’il aimerait pouvoir et envie donc ceux qui le peuvent.

Quand il dit qu’il le dit pour lui c’est vrai et c’est sincère je pense. Il projette ses peurs en s’exprimant, parce que les verbalisés et le faire durement le remet lui même à sa place, c’est un peu comme les gens pieux qui s’auto fouette tu vois? Y’a vraiment un biais psychologique derrière ça.

Donc oui il est grossophobe mais envers lui même en fait.

Pour le reste, c’est juste un gros con. Parce que rien ne justifie que tu blesses autrui justement par tes mots. La concrètement, il manque totalement d’empathie parce que effectivement il ne vous assimile pas à son discours, parce que c’est vraiment pour lui. Pour autant quand il verbalise ça, ils vous frappent avec de plein fouet, sans envisager une seule seconde que ces propos puissent être blessant. Et ça c’est naze.

Donc gros con oui, glossophobe, surement pas tant que ça en vrai.

6 J'aimes

grossophobie intériorisée, et le gros qui a maigri et est devenu grossophobe

1 J'aime

@tombboy Je ne pense pas qu’il soit devenu grossophobe vraiment.

C’est un principe d’estime de soi, pense aujourd’hui au manque de bienveillance dont tu es capable envers toi même. On se juge toujours mal, on est jamais assez bien, on ne voit que nos échecs. Et on en oubli le positif.

Perdre du poids en vrai ça a un poids réellement et ça pèse en vrai (sans mauvais jeu de mots) sur le moral.

Tu dois accepter ta nouvelle image et une fois que ça s’est fait, le plus dur n’est pas de maigrir, c’est de maintenir ta perte de poids. Tu psychotes sur la balance, tu psychotes sur ton image, tu ne vois pas ton changement en vrai. Pas de suite.

Ce gars là, il a peur, il envie vraiment ceux qui mange sans grossir, parce qu’il a surement du sacrifier pour perdre du poids certaines choses et qu’il le vit mal. Et il a peur de revenir en arrière.

La plupart du temps t’es grossophobe envers toi même.

Si on se prends nous comme exemple, on ne s’aime pas parce qu’on est trop gros, trop ci ou trop ça. On est dur envers soi même, on a même des mots durs envers soi même, pourtant tu ne juges pas les autres et les autres personnes ne t’inspires pas une peur ou un dégout particulier pourtant. D’ailleurs on est toujours très bienveillant quand on doit soutenir les autres quand ils vivent mal leurs images, on ne sait juste pas le faire avec nous même.

Ce type à peur. C’est un gros con parce qu’il ne sait pas faire preuve d’empathie, il y a des choses que tu dois garder pour toi et que tu dois partager avec les personnes adéquates. Pas avec des personnes qui sont dans une situation que tu étais surtout quand tu t’en fous dans un sens de ce qu’ils ressentent puisque tu balances tes inepties sans te douter que tu peux les blesser. Bref, un vrai gros con.

2 J'aimes

Je suis d’accord avec @Shy ce n’est pas tellement de la grossophobie (en tous cas pas envers toi @Mathilde), c’est plutôt le rapport qu’il a avec son image et sa confiance en lui, même si ce qu’il a dit n’est pas délicat et que ça ne l’empêchera peut-être pas de mal se comporter avec les personnes en surpoids par la suite.
Il ne se supportait sans doute pas en étant gros et son estime de lui en a pris un coup, ce qui fait qu’il a tendance à être hyper négatif voire blessant et méchant dans sa façon de parler. Il a sûrement la trouille de reprendre du poids.

2 J'aimes

Parler pour soi implique bien souvent de toucher quelqu’un d’autre qui va se sentir obligatoirement concerné.

Dans le cas de ton ami, peut-être appréhende-t-il de rechuter. Si oui, on peut parler de grossophobie (d’un point de vue général, la phobie mettant en avant une peur, le terme n’est pas toujours bien approprié ; je dirai plutôt que c’est du « grossoïsme » pour beaucoup de gens). Après, quand on trouve une personne particulièrement repoussante à cause de son physique, est-ce de la grosso-quelque-chose à partir du moment où l’on garde ça pour soi ?