Diabète - Parlons en!

Je me permets de faire ce sujet, pour partager mon témoignage et pour donner des informations pour ceux et celles qui découvrent qu’ils/elles sont détectés Diabétique de Type 2.

J’ai découvert en 2015, par hasard, que j’étais diabétique. J’avais eu un accident de scooter, et avais un soucis de cicatrisation. J’ai donc demandé à mon médecin de l’époque ce qu’il se passait. Ca n’a pas raté, prise de sang et détection d’une glycémie élevée.

C’est quoi la Glycémie ? C’est le taux de sucre que l’on a dans le sang. pour une personne moyenne, il faut un taux entre 0.8 et 1.20. En dessous, c’est dangereux, c’est ce qu’on appelle une hypoglycémie (c’est à dire pas assez de sucre dans le sang) En dessous de 0.6 c’est hospitalisation. a l’inverse, lorsqu’on est au dessus d’1.20 on se dirige vers une Hyperglycémie (c’est a dire trop de sucre) sachez qu’a partir de 3, c’est tres problématique et a 4 c’est un risque de coma diabétique (si vous avez un taux de 4, c’est samu IMMEDIATEMENT).

A l’époque j’avais demandé a mon généraliste si je pouvais allez voir en CHU un endocrinologue (ou diabétologue, c’est la meme chose) mais il m’avait dit que j’en avais pas besoin, et m’avait simplement donné du « stagide ». Evidement, ce fut pour moi compliqué, ma conjointe de l’époque en plus ne comprenait pas la maladie et s’en foutait… du coup j’ai un peu négligé tout ca… sauf qu’en 2016, apres m’etre séparé, un soir je me suis senti pas bien du tout… vertige, vision trouble… alors j’ai appelé les pompiers qui sont venu me chercher en urgence. Je me suis retrouvé a l’hopital avec 4.5 de glycémie.

Une semaine d’hospitalisation, ou j’ai pu ENFIN comprendre la maladie, ou j’ai vu une podologue (soin des pieds) une nutritionniste , un endocrinologue, et ou j’ai compris le processus. Resultat des courses aujourd’hui, je suis passé de 142kg à 110kg, j’ai perdu 8 tour de tailles (de 64 à 56) et j’ai un meilleur équilibre alimentaire.

Ce que j’essaye de vous dire, c’est que, si vous apprenez que vous êtes diabétique, ce n’est pas une fin en soit. Un jour, mon diabétologue m’a dit deux choses qui m’ont marqué « vous avez la chance de connaitre votre diabète maintenant a la 40aine, car vous pouvez mieux contrôler la maladie avant qu’elle devienne critique ». et il a rajouter aussi que l’espérance de vie d’un diabétique est souvent meme plus grande que quelqu’un de « normal » car on a un suivi régulier de notre santé.

Je n’irai pas trop dans les termes dit « médicale » car je ne suis pas médecin, mais si vous avez des questions sur le diabète, je vous répondrais avec plaisir (si je peux vous orienter ou vous répondre).

Prenez soin de vous.

E.

3 J'aimes

Ton médecin de l’époque était un vrai débile, mais non t’inquiète pas besoin de diabéto frérot …

Ca me rends dingue.

Pareil, j’ai découvert mon diabète de type 2 suite à une infection sur une plaie qui ne cicatrisait pas du coup grosse septicémie et très concrètement, la semaine d’hospitalisation qui permet de faire toute la batterie de test nécessaire à déjà trouver le bon traitement mais aussi être éduqué par rapport à la maladie est super importante et totalement primordiale pour tout diabétique qui « se découvre ».

Enfin félicitation pour ton parcours.

1 J'aime

Merci Shy.

J’ai changé de généraliste depuis, et heureusement que je suis pas procédurier, sinon je lui aurais foutu un procès au cul à cet incompétent. Mais oui, pour les maladies chroniques, il faut pouvoir la comprendre, pour pouvoir vivre avec.

J’ai voulu voir cette maladie comme un boost, pour mieux prendre soin de moi, de ce que je mange, de ma santé. Alors je dis pas, c’est parfois difficile, mais le résultat paye. Ce fut un changement total question alimentation et ces 32 kg ont été perdu sans efforts, mais en arrêtant les sodas, les plats préparés, les pizza industrielles, ect…

Je ne vous dis pas tout ce que j’ai appris, et le nombres de produits avec du sucre caché qu’il y a… bref… ca m’empêche pas parfois de dire merde et bouffer ce genre de truc… mais ce qui a vraiment joué, c’est que ces écarts sont « occasionnels » :slight_smile:

E.

1 J'aime

J ai la chance de ne pas être diabétique malgré mon obesite et le fait que je mange du sucre regulierement.

Mais point de vue de la longévité je voudrais témoigner de ma mère qui est diabétique aussi depuis la quarantaine (à toujours été mince et mange sainement parce que à la campagne et pas de produits transformés ) et qui aura 87 ans cette annee malgré le fait qu elle prend très mal ses médicaments depuis 3 ou 4 ans maintenant donc avec une glycémie toujours trop haute.

1 J'aime

Merci pour votre témoignage Saralou.

Ma grand mère était diabétique, ma maman ne l’est pas, moi je le suis… on sait jamais vraiment pourquoi… mais je vous souhaite de ne pas l’avoir, cela reste une maladie chronique qui n’est pas souhaitable. En tout cas, votre maman est la preuve vivante, qu’on peut vivre avec le diabète, et longtemps

E.

2 J'aimes

Merci.

J espère être épargnée mais je ne me tracasse pas plus que ça, je m adapterai au cas où.

Contente de savoir que ça va bien pour vous et Shy

2 J'aimes

Je trouve que c’est bien de pouvoir parler de cette maladie en liberté et d’apporter des solutions aux autres qui ont peut être besoin.

Ce qui m’a choqué dans ton récit, c’est ta conjointe qui s’en foutait carrément et ton médecin qui fût carrément inconscient.

Mon père est diabétique depuis quelques années, son taux de sucre est stabilisé avec son médicament. Donc, on peut vivre avec un diabète.

1 J'aime

Il y a, malheureusement certains médecins, qui banalise le diabète de type 2 et considère que lorsqu’on est prédiabétique ou jeune diabétique que la metformine, médicament qui aide au bon fonctionnement du pancréas suffit. Ce qui est stupide, car c’est tout un processus pour pouvoir réguler le bon fonctionnement du corps face a cette maladie.

C’est l’alimentation, l’activité physique, les médicaments (pour certains l’insuline en lente ou rapide par injection)… bref… il y a tellement de choses a prendre en compte. Et ce « toubib » de par son ignorance probablement, m’a refusé, a l’époque ma demande d’aller voir un diabétologue.

Pour ma conjointe de l’époque, je ne lui mets pas tout sur le dos, bien sur… mais lorsqu’on apprends qu’on a une maladie chronique et qu’on se sent pas soutenu, que, lorsque je disais qu’il fallait qu’on revoit un peu notre alimentation, que je devais m’interdire de boire du coca (moi qui était un grand fan), et qu’elle, en prenait pour elle, qu’elle s’intéressait pas a ce qui aurai pu être mieux pour nous deux niveau alimentation, ect…

Alors oui, j’ai pas à « imposer » quoi que ce soit, c’est vrai, mais j’aurais aimé qu’elle m’accompagne, me soutienne… enfin j’en demandais trop peut-être… mais bon, après quelques mois j’ai décidé d’arrêter cette relation.

C’est peut être difficile pour certain/es conjoint/es d’accompagner un diabétique. Car il est vrai que ca amène certaines restrictions.

E.

J’ai une question qui peut paraître stupide mais…
Tu ne peux pas boire du coca light ?
Je sais bien que ce n’est pas la même chose, néanmoins si tu aimes le coca, cela permet de compenser un peu.

Une question n’est jamais stupide Lyla :slight_smile:

C’est une question que j’ai moi-même posé à ma nutritionniste et la réponse à été clair. C’est Non. Car en fait, la dite « dépendance » au sucre (comme le tabac; l’alcool) doit être brisé. Boire un soda, même avec du faux sucre (spartam, ect) entretien l’habitude, et la dépendance du cerveau au sucre. Je rajouterais qu’en plus je trouve le coca light dégueu (c un avis perso). Par contre j’ai pendant un temps pris du coca Zero… mais je suis fier de dire aujourd’hui que même du coca zero si j’en achète une dans le trimestre c’est un exploit ! j’ai réussi a m’en passer complètement.

E

Bravo pour avoir réussi à t’en passer
@entrelesmots.

1 J'aime

Bravo pour ton parcours.

Je ne suis pas diabétique, je fais juste un tout petit peu attention car je prends des médicaments qui peuvent être hyperglycémiants (jusqu’ici je touche du bois).

Pour avoir passé 9 ans à faire des dialyses en centre pour adultes (et 1,5 an en pédiatrie), le nombre de vieux diabétiques T2 que j’y ai vu arriver est assez effarant, je te remercie donc de donner de l’information à ce sujet. Il vaut mieux éviter ça…pour tout le monde…

2 J'aimes

Merci Chapinette

Sans être anxiogène (pour ca, on à le covid), cette maladie sera la maladie du 21e siecle selon certains spécialistes. Pourquoi ? Parce qu’il y a du sucre caché partout dans l’alimentation, etant l’un des conservateurs les plus utilisé.

Donc, il vaut mieux prévenir que guérir, car si c’est pas pris à temps, le diabète détruit les organes. Il existe des bus santé, qui passent partout en France qui propose gratuitement et anonymement un test glycémique. Ou si vous avez des doutes, rien ne vous empêche d’en parler a votre médecin.

Moi j’ai eu la chance (entre guillemets) d’avoir eu un accident de scooter et avoir eu un soucis de cicatrisation, qui m’a révélé la maladie, sinon, peut être que je ne saurais pas encore que je l’ai. Le diabète, plus tôt il est repéré, moins de dégâts il fera.

E.

1 J'aime

Pour moi ce ne sont pas les sucres cachés le problème, le vrai problème c’est l’offre de nourriture très conséquente à toute heure de la journée et de la nuit (hors situation de couvre-feu, mdr), toutes les choses qui nous détournent d’un bon sommeil, y compris l’internet que j’aime bien, et le stress de la vie en général. Ça n’aide pas le foie et le pancréas à avoir la régularité qu’ils demandent et méritent.
La vie moderne, en somme.

Les sucres cachés, c’est le corollaire de la surpopulation et de l’hyperconsommation qui sont eux-mêmes les corollaires de…la vie moderne.

2 J'aimes

La réponse est non si tu veux te déshabituer du gout sucré, mais rien n’interdit à un diabétique de boire des boissons light. Cela lui permettra de garder les plaisirs qu’il connait sans mettre en jeu sa glycémie. Je trouve cette nutritionniste bien sévère et je ne vois pas trop pourquoi elle impose cela.

2 J'aimes

Cela dépend peut-être où tu en es dans ta maladie, je veux à quel stade. Je sais que mon père à une glycémie un peu élevé mais il peut boire du coca light de temps en temps.
Il n’est pas au même stade qu’entrelesmots.

1 J'aime

Ma diabéto m’a toujours dit qu’il n’y avait pas de souci entre le light et le diabète. Là c’est une nutritionniste, elle ne parle pas par rapport au diabète mais par rapport au gout sucré dont il faudrait se déshabituer. Je la trouve donc sévère car le gout sucré est un gout comme un autre…

1 J'aime

Ma nutritionniste m’a permis en autre de perdre du poids et d’avoir une meilleurs gestion de la maladie. Quand aux boissons lights, coupé à la spartarm ne sont pas forcement bon pour les diabétiques.

" Les derniers résultats datent de janvier 2013, et sont tirés d’une étude française qui a suivi plus de 66 000 femmes pendant 14 ans : par rapport à celles qui ne consomment pas du tout de boissons sucrées, celles qui en consomment plus de 359 ml par semaine ont un risque de diabète augmenté de 34 % au cours de l’étude, et celles qui boivent plus de 603 ml par semaine de boissons « light » ont un risque multiplié par 2,21 .

À quantité égale consommée, le risque de diabète est plus élevé lorsqu’il s’agit de boissons « light » que de boissons sucrées ."

plus d’infos ici : https://www.nutriting.com/idees-recues/dangers-de-laspartame-mythe-ou-realite/?v=11aedd0e4327

J’avais une grande dépendance, addictive, au soda, et j’en paye le prix aujourd’hui. Après, chacun fait ses propres choix :slight_smile: J’ai fait ce post pour témoigner et donner des infos, c’est tout.

E.

2 J'aimes

@entrelesmots a très bien expliqué son cas, je ne vais pas polémiquer dessus.
Juste rajouter que sa nutritionniste l’a aidé à passer un cap, celui de l’addiction au soda, qu’il avait.

C’est mon dernier message sur ce sujet qui est intéressant au passage.