Chamboulements de vie

@Anne et moi avons vécu des chamboulements de vie ces derniers mois, nous avons été moins présentes ici et, je pense qu’anne sera d’accord avec moi, vous avez géré au top le forum.
Ça fait plaisir à voir :heart:

Je vais me livrer un peu personnellement parce que ça fait du bien de faire le point de temps en temps et je me dis que ça peut servir à d’autres.

Comme vous le savez tou-te-s, nos vies ont été chamboulées en mars dernier avec le 1er confinement.

En mars 2020, j’avais posé une semaine de vacances pour aller voir mes parents en Auvergne, je devais y rester 5 jours, j’y suis restée 2 mois.
J’ai adoré passer tout ce temps avec mes parents, être à la campagne plutôt qu’enfermée au 4ème en région parisienne.
J’ai mal vécu le fait de me sentir inutile, de travailler dans le médical et de ne rien pouvoir faire pour aider.

Suite au confinement, ma cheffe a été obligée de me licencier, ne pouvant plus assumer mon salaire et les charges qui en découlent.

Je me suis inscrite à pôle emploi fin juin, mais j’avais un voyage prévu au Canada fin septembre, et étant optimiste de nature, je me suis dit que j’allais d’abord partir en voyage, et que je chercherai un emploi après.

Mais le covid a eu raison de mon voyage qui a été annulé et j’ai cherché du travail, que j’ai trouvé en 1 semaine.

J’ai commencé un nouveau travail, l’intitulé était le même que mon job précédent, secrétaire médicale, mais dans un contexte complètement différent : dans un laboratoire d’analyses médicales d’urgence (dans un hôpital).

J’ai commencé le 17 août, en plein contexte covid, avec des horaires et un rythme intenses, et un nouveau job à apprendre de A à Z, je me suis adaptée rapidement et j’ai adoré apprendre de nouvelles choses, enfin me rendre utile, découvrir le travail en équipe avec ses avantages et inconvénients.

J’ai donné le meilleur de moi, j’étais opérationnelle au travail mais rapidement en état d’épuisement chez moi.
Le canapé et Netflix sont devenus mes meilleurs amis, sieste et ne pas réfléchir.
Je ne sortais presque plus, trop fatiguée.

En janvier, une de mes collègues est passée responsable des secrétaires, et j’avais un soucis de communication avec elle, nous n’étions pas sur la même longueur d’onde. Je ne me voyais pas à 46 ans subir une situation qui ne me convenait pas.

Des propositions de travail arrivaient toutes les semaines dans la boîte mail pro, une annonce m’a particulièrement intéressée, j’ai contacté la RH, j’ai rencontré la biologiste, ma mutation était acceptée.

Il a fallu que j’attende 4 mois pour me trouver une remplaçante pour que je puisse intégrer mon nouveau laboratoire, de proximité cette fois-ci, avec des horaires et un rythme qui me correspondent mieux, même si le covid rend le travail toujours aussi intense.

Avant d’intégrer ce nouveau post, j’ai enfin pu prendre une semaine de vacances depuis août 2020, une semaine en Bretagne, avec mon conjoint et un de mes fils, mes parents nous ont rejoint quelques jours.

La relation avec mon conjoint n’était pas au beau fixe depuis plusieurs mois, le covid n’a sans doute pas arrangé les choses, avec des clash réguliers pour tout un tas de raisons.
Et les vacances ont été fatales, la décision de nous séparer après 22 ans est tombée.

Nous sommes actuellement en pleine cohabitation le temps qu’on trouve à nous reloger. Ce n’est pas facile tous les jours mais on fait au mieux.

Moi, je suis sereine depuis que la décision a été prise. Mon nouveau job me convient parfaitement, je peux sortir de nouveau, je dors mieux.
J’ai hâte de vivre pleinement ma vie, de décorer mon appartement comme je l’entends…

Voilà ma petite (longue) histoire.

Je me suis dit que ça valait le coup que je la partage parce qu’on est toujours maître de sa vie, de ses choix.
Un travail ne vous convient pas, mettez tout en œuvre pour obtenir celui qui est fait pour vous.
Vous souhaitez vivre en couple ou non, faites-le parce que vous le voulez, vous.

Quelque chose ne vous convient pas, changez-le.
Entourez-vous de vos amis (certain-e-s se reconnaîtront, merci :kissing_heart:) et foncez.

Je vous partage un compte Instagram ultra positif et bienveillant qui vous boostera à coups sûrs

10 J'aime

Merci pour ton témoignage yayie.

Je suis contente de voir que tu t en sors pas si mal et bravo a vous 2 de pouvoir gerer pas si mal la séparation et la cohabitation. C est pas donné a tout le monde.

Contente de lire aussi qie ton noivrau job te va bien, malgre la période !

Je te souhaite le meilleur pour la suite en tout cas !

3 J'aime

Il y a toujours des bas, c’est pas le grand amour mais j’ai mon objectif en tête et c’est ce qui tire vers le haut

Merci Saralou :kissing_heart::kissing_heart:

3 J'aime

Merci, ça fait du bien de lire ça pour moi qui vise un domaine professionnel que je m’interdis depuis quelques années. :+1: Bravo pour cet état d’esprit et cette belle capacité à te régénérer.

3 J'aime

Fonce Chapinette, ne t’interdis rien
Il n’y a que toi qui décide de ta vie.

Tu veux faire quoi ? (je suis curieuse)

Je ne répondrai pas, je suis un peu superstitieuse. :grin:

2 J'aime

Ça fait bien longtemps que je n’ai pas posté sur curvylink.

Je suis contente d’avoir de tes nouvelles yayie et que malgré tes chamboulements de vie, un joli horizon s’ouvre à toi. En tous cas, je te souhaite plein de belles choses.

Je suis d’un naturel plutôt pessimiste concernant ma vie pro, j’échoue toujours et quand je pourrais réussir, la vie me met des bâtons dans les roues.
C’est pas grave, j’y vois des signes et je me dis qu’un jour, je trouverai ce qui me correspond parfaitement surtout avec les précieux conseils que @Shy a énoncés. Je ne suis pas pressée.

3 J'aime

Oh la la Yayie ton post résonne et touche quelque chose dans ma petite tête merci pour ton témoignage !

Je suis heureuse pour toi que ton nouveau boulot se passe au mieux et te convienne et que tu aies trouvé de la sérénité !

J’adore ton état d’esprit et ta positivité ! Continue c’est tellement ta force ! (Merci pour le compte insta :heart:)

Câlin :smiling_face_with_three_hearts:

3 J'aime

Pilgrimette, shy est d’excellents conseils, crois en toi, en tes rêves et fonce.
Y aura des embûches mais la victoire n’en sera que plus savoureuse
:kissing_heart::kissing_heart::kissing_heart:

(reviens papoter avec moi qd tu veux)

1 J'aime

Merci kuro

Les insta positifs, y a que ça de vrai :grin:

1 J'aime

Je suis totalement d’accord avec toi :smiley:
Oui, gros chamboulement pour moi aussi, c’est marrant de voir comme les points clès de nos vies se croisent.

NIveau professionnel, pour ma part j’attends la rentrée pour voir ce que je fais.

Fonces, tu as quoi à perdre ?

Cela me fait du bien de te lire Yayie !!!
Contente et ravie que tu saches prendre ta vie en main, car tu le veux et tu fais en sorte pour !!!

Je suis contente de te lire !!!
Ca me fait beaucoup de bien !!!
Et je t’en remercie fort !!!
Gros Bisous à Toi !!!

2 J'aime

« Parfois, on se met des barrières tout seul ! Parce qu’une part de nous a décidé… »

Cela m’a fait écho à ce que j’ai dit en décembre 2018 à un urgentiste:

  • « Le premier frein auquel on doit faire face?.. C’est celui que l’on se met dans sa tête! »
    Ca: c’était lorsque j’étais diplomate.

J’étais intervenue pour une ancienne collègue qui avait fait une embolie pulmonaire. J’ai pu appeler les urgences. L’urgentiste ne me croyait pas.
Souvenir de m’être mise en colère.
A ma colère: il a pigé !!!
Après son intervention : il était en état de choc.
Car je ne me serais pas mise en colère que ma collègue était morte alors.

Je sais que je hais me mettre en colère. Car lorsque j’y suis: je ne sais pas m’arrêter. Une policière en sachant à comment je m’y suis prise alors en était éberluée et pour elle, elle me considérait de « héroïne ». Ce qui pour moi, était du foutage de gueule et donc, je le prenais mal. Elle s’y est pris par trois fois à m’expliquer à pourquoi pour elle j’étais une héroïne.

Elle m’a relatée que la non assistance à personne en danger est fortement élevé et fréquent. Elle le sait de part son métier. Elle m’a relatée que quelqu’un qui voit une personne entrain de crever préférera continuer à promener son chien comme si de rien n’était, plutôt que de porter secours, ceci, s’il n’existe aucun témoin.

Elle me relatait ce qui me met en colère au fond de moi!!!
La: « non assistance à personne en danger. »

1 J'aime

Suite à mon post, j’ai compris à pourquoi je suis en colère face à la non assistance à personne en danger…

J’aurais aimé que quelqu’un m’assiste à mes 3 ans et mes 2 mois, après mon coma qui avait été provoqué via une gifle du pater !!!

Coalition familiale perverse à se souder les uns et les autres pour me faire passer d’une « débile qui n’aurait pas la connaissance des sens des mots » …
Depuis la procédure judiciaire déclenchée en 2001: les individus familiaux se sont révélés.
J’ai pu comprendre via la juge d’instruction que je ne suis pas du tout folle, et que j’avais tout pigé à mon retour de mon coma !!!
Par mon victimologue, j’ai compris avoir pu grandir sur le plan psycho affectif grâce à ma fusion avec la minette que j’avais adoptée à mes 9 ou 10 ans. Ma minette a remplacé le rôle de ma mère biologique.
Grâce au livre sur le harcèlement moral de Marie France Hirigoyen, j’ai compris avoir toujours été lucide et avoir dû toujours me démerder par moi même.
Grâce à la pièce de théâtre de Ramsès II, diffusée en février ou mars 2020 à la TV, sur le 2 ou la 3, j’avais l’impression de voir la famille dont je suis issue être en scène sur une pièce de théâtre tellement il en existe des similitudes !!!

La juge d’instruction avais été stupéfaite qu’à mes 3 ans et mes 2 mois, j’avais tout compris. Selon elle, j’étais : « lucide, perspicace et intelligente » . Ce qui m’avait sauvé la vie.
Ma minette m’a sauvée la vie. Sous peine de quoi, je ne me serais pas construite sur le plan psychoaffectif. Et j’aurais pu devenir folle.

J’ai compris via une émission que la famille dont je suis issue est perverse et castratrice.

J’ignorais que le terme castrateur est un terme médical.
Il désigne un individu, homme ou femme, qui a pris quelqu’un pour sa cible, et quoi que dise sa cible ou non, quoique fasse sa cible ou non: il est interdit à ce que sa cible ne soit prise en compte.

C’est une psychopathologie.

Le 31-05-2021: j’ai discuté avec ma soeur.
J’ai mesuré les avancées que j’ai faites question prise de conscience, par rapport à elle.
J’ai compris que pour elle: la Vérité Réalité est trop Horrible/Abrute pour elle, et donc elle est dans un Rejet Immédiat.

C’est son problème.
Ce n’est pas le mien.

Mais si j’ai le syndrôme du sauveur, c’est que j’aurais aimé encore en 2021 pouvoir avoir des attestations écrites qui attestent des faits que j’ai vécus.

2021: défiance énorme des français face au système judiciaire.
Ils se confits à moi oralement.
Surtout depuis 2018 où, ils deviennent des personnes âgées… Et donc, voudraient se disculper auprès de moi à ne pas m’avoir assistée jusqu’alors!!! …
Lorsque je leur demande une attestation écrite des faits que j’ai vécus et dont ils ont été témoins =>> fuite immédiate de leur part !!!

En 2021: je suis encore et toujours « fleur-bleu ».
C’est mon chéri qui me l’a fait remarquée.
Et c’est pour cela que j’attire des opportunistes.
Il me faut être plus affirmée.
Moins souriante.
Plus sèche…