Besoin de conseils

Bonjour tout le monde :slight_smile:

J’espère que vous vous portez bien malgré les circonstances ?

Mon message risque d’être un peu confus ou brouillon mais j’aurais besoin de conseils ou suggestions car je suis à deux doigts de prendre rendez-vous chez un psy (et je ne pensais pas dire ça un jour) mais je ne pense pas que ce soit pertinent car il n’y a rien à soigner.

Voilà, depuis environ 1 an (j’ai eu une grosse crise avec ma Mère, peut-être que certaines s’en souviennent j’en avais parlé sur vlr), j’ai un sentiment désagréable qui revient souvent : ne servir à rien / avoir envie de partir mais où et pour faire quoi ? Aucune idée.

Je vous fais le topo des idées ou constats récurrents (pardon ça risque d’être long) :

  • je n’ai vraiment pas un physique facile. Je vis avec mais bon … J’avais entamé les démarches pour une opération, j’avais du laisser tomber et là je recommence en décembre. Mais ça va au-delà du poids, ma peau toute moche m’énerve, mes cheveux, être trop grande, trop large, plus large d’en haut que d’en bas (c’est de famille et ça m’énerve), ma morphologie entière est horrible, même mes seins sont hyper bizarres. Même en perdant du poids ça ne changerait pas donc à quoi bon gaspiller l’argent de la sécu ?

  • j’ai des accrochordons sur le visage, je veux les faire enlever. Je pensais que ce serait rapide mais le médecin esthétique que j’ai vu semble débordé par ma demande, je ne comprends pas … Elle a pris des photos pour demander à des collègues
    … Moi je veux juste qu’on me les enlève, je n’imaginais pas ça si compliqué. Je vais consulter quelqu’un d’autre mais on parle de mon visage donc ça me perturbe.

Les pensées concernant mon physique ne sont pas récentes, elles sont là depuis mon enfance/début de l’adolescence. Ça c’était un peu calmé mais depuis 1 an c’est revenu de façon intense. Quand j’essaie d’oublier ces pensées, des détails de vie me les renvoient à la figure. Par exemple : une collègue/pote qui essaie de caser une autre collègue avec un de ses amis, je l’ai appris par hasard aujourd’hui. C’est rien mais ça me rappelle qu’on ne m’a jamais fait ça, je sais bien pourquoi et je le comprends tout à fait mais bon … Ou alors, la même collègue que j’entends dire : " ah bah X est passée dans mon service et Y était émerveillé ! Il a demandé si elle était célibataire car il la trouve magnifique ! ". Bah ça fait quelques heures que je me demande ce qui se dit de moi quand moi je passe là-bas. J’ai envie de sauter à la gorge de toute personne qui me regarde plus de 4 secondes dans la rue ou le métro. Quand j’entends des gens rigoler à proximité je tends l’oreille pour savoir s’ils rigolent de moi ou j’augmente le son dans mon casque pour ne rien entendre tout court.

-quand j’étais plus jeune je me disais qu’à défaut d’être jolie je pouvais être un peu intéressante ou drôle et en fait je me rends compte que ça ne sert à rien (et puis je ne suis même pas vraiment intéressante en vrai, je trouve ma culture générale très limitée)

  • je ne trouve pas ma place. J’ai quelques collègues avec qui on est potes mais c’est tout. Je n’ai pas d’amis en dehors. Pas de conjoint. Rien. Et je ne suis même pas sûre d’en vouloir d’ailleurs car je ne crois pas à l’amour et compagnie. Mais je vois les gens autour de moi qui font des enfants, achètent des maisons, se séparent et rencontrent d’autres gens et moi bah rien. Avec ma mère on se parle un peu à nouveau mais je me suis sentie trahie par elle donc pour moi tout est différent; je me considère sans famille ni maman. J’en suis même venue à la déprécier car elle a peut-être souffert de son apparence aussi et je ne comprends pas qu’elle ait pris la décision d’avoir un enfant qui devrait passer par les mêmes etapes blessantes. Moi par exemple, j’ai décidé de ne pas avoir d’enfant en partie à cause de ça. De plus, je ne peux pas me confier à elle, elle ne comprend pas, ne donne pas de conseils. Parfois je lui raconte quelque chose au téléphone et quand j’ai terminé elle change totalement de sujet, sans rien commenter. Elle a souvent fait ça, je suis habituée mais parfois ce serait bien d’avoir un retour. En résumé tout ce qu’elle me dit c’est : " trouve un travail qui paye 3000€/mois minimum (sans me dire quoi faire, sinon c’est pas drôle)/ fais attention à ton poids, ne mange pas / l’enfant de untel fait ça, gagne ce salaire (comparaison indirecte avec moi) " et voilà. Je me sens toujours comme une ratée quand je raccroche. J’en suis une d’une certaine façon si on veut mais quand même. C’est cocasse car elle a été au rmi de mes très jeunes années à mes 17 ans. Avec un background pareil, je ne sais pas à quel miracle elle s’attendait de moi. Surtout quand elle m’a totalement laissée dans une errance scolaire/professionnelle après le bac. En somme je n’ai pas besoin d’ennemis avec une maman de ce genre lol. Ce n’est pas la pire mère au monde mais je constate bien la différence entre sa façon de faire et celles d’autres parents.

Bref, je suis super moche (je tente d’améliorer mon image mais c’est un chantier sans fin) et j’ai une vie plutôt vide (bien que relativement tranquille et ça j’adore). J’ai pensé à faire du bénévolat, m’inscrire dans des clubs de je ne sais quoi mais en réalité je ne peux pas car les gens me verraient et ça je ne le supporte plus qu’au boulot et dans le métro car je n’ai pas le choix.

Vous pensez que je devrais consulter quelqu’un ? Je n’ose pas trop, il y a des gens qui ont vraiment besoin d’aide et moi je pinaille parce que mon problème de vie c’est d’être moche mais c’est handicapant. Ça a tant d’impacts sur ma vie (choix d’études, ne même pas rechercher de stage pour ne pas avoir à être vue, les attitudes que certains mecs se permettent d’avoir à mon égard, ce que j’ai accepté…).

Avant je m’habillais bien, je prenais beaucoup soin de moi (un peu par obligation car je ne veux pas être le cliché de la grosse pas soignée) et j’y trouvais un certain plaisir même. Depuis 1 an, je regarde ma garde-robe et je me trouve ridicule d’avoir porté des robes avec des cuissardes ou des vestes en fourrure, je ne touche plus à mes rouges à lèvres … Je sauve un peu les apparences pour que personne ne voit le changement au boulot mais là je veux juste être en survet et rester chez moi. Je commande même des vêtements vraiment trop grands parce que je prévois déjà que de toutes façons je vais grossir encore plus donc faut bien que je puisse m’habiller; du coup j’ai des vêtements trop larges/longs. Une fois j’en ai presque pleurer en me disant que l’une des choses que je faisais le mieux (m’acheter des fringues, superficiel je sais) bah même ça j’en étais devenue incapable.

Parfois j’ai juste envie de partir au bout du monde, dans un endroit isolé et être tranquille (mais j’ai besoin d’une connexion internet potable mdr). C’est cette étape qui m’inquiète car je vous jure qu’on me dirait parfois :" tu veux partir là de suite ? ", je partirais sans prévenir personne. Et honnêtement c’est la partie boulot qui coince heureusement (ou pas) car je serais probablement déjà partie. Mais dans le fond, ce serait partir pour rien car mon problème serait toujours présent.

Voilà je ne sais pas si quelqu’un lira jusqu’au bout ou si mon message sera compris. Je ne peux pas tout dire mais l’essentiel est là. Je ne pense pas être dépressive, ni même déprimée. J’ai lu beaucoup d’articles/travaux sur l’incidence de l’apparence/la beauté et je comprends pourquoi je suis au fond du panier, c’est juste chiant en fait. Et au bout de 30 ans, je suis un peu lasse de " lutter " contre le monde entier je crois et je ne sais pas quoi faire. Pour la première fois de ma vie, alors que je suis bonne en introspection, analyse de mes pensées et comportements et bien, je suis perdue.

3 J'aimes

Salut, je ne sais pas quoi répondre à brûle-pourpoing si ce n’est que ce que tu décris, je l’ai ressenti par le passé, et continue de temps en temps à le ressentir heureusement de moins en moins souvent.

Juste pour t’envoyer cet article sur lequel je suis tombée tout à l’heure :

Cette femme jugée « moche » a trouvé une belle philosophie de vie, assez inspirante.

2 J'aimes

Peut-être voir quelqu’un (psy ou autre ? Je ne sais pas) pour travailler sur la perception que tu as de toi ?

Il n’y a pas de gradation dans le mal-être, ne minimise pas ce que tu ressens, c’est aussi important qu’autre chose et tu es aussi importante qu’une autre personne alors si tu ressens le besoin d’être accompagnée, soutenue, aidée, eh bah oui, consulte quelqu’un, tu en as le droit ! Comme on dit, ce n’est pas parce que tu te forces à finir ton assiette que celui qui crève de faim aura le ventre rempli. Bref, prends soin de toi.

8 J'aimes

Coucou!

Je suis assez d’accord avec Célia.

Je me trouve moche aussi, j’ai des acrochordons également. Et ado, à cause des opk, j’ai souffert d’hirsutisme et de perte de cheveux, j’ai la peau qui pend également et un énorme tablier depuis bien avant mes grossesses. C’est pas pour faire un concours hein mais juste pour te dire que tu n’es pas seule ou « anormale » et que ce que tu peux voir comme du moche, ça ne l’est pas pour tout le monde.

Je te conseille d’aller voir un psy, je fais une psychothérapie depuis 5 ans et elle m’aide à me « narcissiser » car j’en ai cruellement besoin, et en fait, je ne pense pas que ça soit réellement ton physique qui soit déclencheur mais plus les comparaisons que fait ta mère. C’est difficile de se faire rabaisser par sa mère continuellement (la mienne m’appelait boule de suif donc elle frappait plutôt le physique face à mes sœurs qui faisaient 45 kilos…)

Une psy te permettra de savoir pourquoi cet état d’esprit et comment t’en sortir.

5 J'aimes

Hello !

Je suis tout à fait d’accord avec ce qu’a expliqué @_Celia sur la gradation dans le mal être. Chaque personne est unique et à sa perception unique. Ce n’est pas parce que un autre avec des problèmes similaires ou « pires » se sent mieux que tu n’as pas le droit de souffrir de cette situation. Et tu as le droit de te sentir mal car cette situation te fait souffrir ! Je pense aussi que voir quelqu’un pour en parler peut te faire du bien, comprendre exactement ce qui provoque cela chez toi et pouvoir peut être aider à modifier cette perception. Ce n’est pas parce que tu as pas une « maladie » que tu ne peux pas aller voir un psy (ou autre) pour aller mieux ! Tout le monde a le droit à aller bien !

Des bisous en attendant

5 J'aimes

Zouzou, si jamais j ai mis j’ aime à ton post pas parce que j aime ce que tu ressens , mais parce que je t aime bien.

J ai toujours apprécié te lire, sur vlr déjà.

Je rejoins ce qui a été dit plus haut, consulter une pro peut être une bonne idée.

En attendant, coucher par écrit ce que tu ressens (et tu ne parais pas confuse) ici ou ailleurs, peut aussi être une bonne idée.

Je ne suis pas dans une phase idéale en ce moment et donc je ne sais pas trop quoi te dire d autre, mais je t envoie plein de pensées !

3 J'aimes

rapidement, ce que j’en pense :un bon body shaming interiorisé, il va falloir deconstruire tout ca…ex:une grosse qui s’habille décontractée, c’est pas vrai qu’'elle prends pas soin d’elle ;tu peux aider des gens par tel ou mail, et les animaux se moquent de ton physique!tu as en tete, qd tu vois les gens te regarder , les idées que tu as de toi sur toi …tu projettes…

2 J'aimes

@ZouZou-X3 bonsoir, tes questionnements sont très pertinents, et cela pourrait être précieux de te faire soutenir dans cette démarche par un(e)
professionnel(le), pas n’importe qui chopé au hasard sur les pages jaunes, note bien, mais quelqu’un qui comprends les problématiques en lien avec le poids et l’image de soi. Il y a une liste où plutôt un annuaire sur le site du GROS www.gros.org (ce n’est pas pour leur faire de la pub, mais les praticiens qui en sont membres sont tous formés dans ce sens et sont donc respectueux de tous).
Bon courage, ta réflexion est déjà bien avancée, les bases sont là pour avancer vers un mieux être… :slightly_smiling_face:

2 J'aimes

Chère Zouzou,

Je ne sais pas si tu te rappelles mais il me semble bien que c’est avec toi que j’avais échangé il y a quelques années, on s’était même vues en vrai sur Toulouse une ou deux fois ^^
J’ai bien lu tout ton message et ce que je peux te dire, c’est que ta souffrance n’est pas moins légitime qu’une autre. Ne pas s’aimer, ça peut créer de réelles blessures profondes et difficiles à surmonter qui ont un impact sur nos relations avec les autres, que ce soit au boulot ou sur le plan personnel.

Est-ce que tu ne penses pas que ce conflit avec ta maman a réveillé certaines choses en toi, comme de l’insécurité et un sentiment « d’abandon », dans le sens où on sait qu’en général une maman, ça soutient, ça réconforte, sauf que la tienne avait ses propres démons qu’elle n’a pas su combattre et dont elle n’a pas su te protéger (je compatis, niveau parents j’suis pas gâtée non plus xD).

Tu sembles submergée par tellement de questionnements, d’inquiétudes que ça doit être compliqué de savoir par quoi commencer. Avoir besoin d’aide ne signifie pas forcément qu’on est en pleine dépression ou autre, mais juste qu’à un instant T on ne parvient pas à prendre suffisamment de recul sur les choses et sur soi-même.

Si ça peut t’aider, j’ai commencé une thérapie il y a un peu plus de deux ans, notamment pour travailler mon estime de moi-même et mon rapport au regard des autres; même si c’est loin d’être totalement rétabli aujourd’hui parce qu’il y a toujours des moments de doute, j’ai énormément avancé et aujourd’hui, je vis pour moi, j’accepte les compliments et surtout, j’ai fait la paix avec mon corps. J’arrête de lui faire la guerre et j’apprends tous les jours un peu plus à en faire un allié.

En tous cas je t’envoie tout plein de réconfort et si tu as besoin de parler, ce sera avec plaisir si je peux t’apporter un peu d’aide ou de soutien !

6 J'aimes

Salut à toi,

Ton message m’a beaucoup touchée, car il est bien écrit, bien construit, clarissime, et je me reconnais dans certains points.

Je n’ai pas un physique des plus faciles non plus, je suis grosse, et j’ai des cicatrices sur le coin des lèvres. L’avantage, c’est que ça me protège du peu du fameux « tu as un joli visage pourtant »… Comme Pilgrimette l’a dit, ce n’est pas un concours. C’est surtout pour dire que quand on en a conscience, ça fait mal, et le regard sur le monde peut devenir biaisé, du genre « on joue pas dans la même cour ».
C’est un obstacle qui rend la vie moins facile au premier abord (comme tu l’as dit, les gens évitent de te caser des rendez-vous, les rencontres amoureuses se font moins facilement, c’est aussi un frein à l’embauche etc…).

Néanmoins, il ne faudrait pas (oui, je sais, facile à dire) s’ajouter des obstacles en se repliant sur soi-même et évitant le contact ave la société. Si les gens ont un problème avec toi, qu’ils aillent se faire f*****. Faire du bénévolat, c’est une super idée, car tu te mettrais en lien avec des gens qui ont un intérêt commun, et le lien se ferait plus là-dessus que sur le physique. A force de contact, beaucoup oublient vite les différences. Un ami m’avait dit qu’il avait au début été un peu surpris par mes cicatrices, mais que assez vite, il ne les a plus remarquées. Les gens (intéressants ou bienveillants, pas les superficiels) ne s’arrêtent pas au physique et voient une personne tout entière, avec son caractère, son aura, sa gestuelle, sa façon de parler, ses idées etc…

Avec une estime de soi négative, un nouvel obstacle s’ajoute, ce qui laisse déjà moins de place à l’atout « personnalité ». Et c’est là que ça devient vraiment une super bonne idée de se faire accompagner par un psy. C’est tristement commun le problème d’estime de soi (en trop comme en pas assez), que je pense qu’un professionnel aura les bons outils pour t’aider à sortir et digérer les mauvais repères ou les expériences dévalorisantes que tu as pu subir, et à ne plus accepter certains comportements. J’ai aussi mis la barre très basse niveau mec en acceptant des situations ou remarques assez limites (la chanson Natalie de Bénabar résume en partie certains trucs).

Une thérapie pourrait même te mettre sur une voix professionnelle intéressante, en te découvrant des qualités et/ou des blocages. Tu as pensé au bilan de compétence, ou au PTP, ou congé sabbatique pour expérimenter un autre taf ? Je suis aussi plus ou moins en errance professionnelle car peu de soutien parental pédagogique et intellectuel (mais beaucoup d’amour, donc ça va). Bon, c’est pas uniquement à cause des parents, l’éducation nationale n’assure pas tellement non plus, à l’époque en tout cas. Sur les orientations, ça reste assez basique… C’est plus difficile de se réorienter en tant qu’adulte, mais c’est possible. Il y a des dispositifs qui permettent de se former à d’autres métiers sans avoir à tout perdre.

Je connais cette envie de fuir, de s’ostraciser, mais comme tu l’as compris, ça ne règlera jamais le problème.
Je pense que tu es beaucoup plus intéressante que tu ne le crois. Déjà, tu as de très bonnes capacités rédactionnelles et tu sembles avoir un recul sur la société qui montre une intelligence. Les galères, les questionnements, l’observation, ça affute l’intelligence et en contrepartie, ça déprime, je trouve.

Je soutiens clairement l’idée de voir un psy pour mettre de l’ordre et de la douceur dans ton esprit. Pas besoin de subir une horrible catastrophe pour être légitime dans la consultation, tout comme on a le droit de voir son généraliste pour un petit tracas, sans forcément avoir une maladie grave.
Honnêtement, la société est tellement normée et exigeante, la parentalité tellement aléatoire, les gens tellement cons parfois que les séances psy devraient être remboursées et encouragées dès l’enfance. Tout le monde n’a pas le cadre idéal pour se développer sainement d’un point de vue psychique.

Sinon, tu connais peut-être déjà, mais la série My Mad Fat Diary est très bien faite selon moi sur ce sujet.

Bon courage à toi :slight_smile:

6 J'aimes

Bonjour à toutes !

Merci beaucoup de m’avoir lue et d’avoir pris le temps de répondre. C’est très gentil.
Je prends note de vos suggestions. J’ai quelques impératifs niveau boulot jusqu’en décembre donc je pense consulter en début d’année prochaine. Je regarderai sur le site du Gros. Je vais continuer à faire de mon mieux jusqu’à là.
Faudra juste que je me renforce un peu car en décembre j’ai les 3 jours d’hospitalisation en vue d’une opération bariatrique et il ne faudrait pas que la psy s’aperçoive de ça :confused:

Merci pour vos messages d’encouragement, ça me touche.

Courage à celles qui traversent un période délicate également, je vous envoie des ondes positives (même si on ne se connaît pas et que je ne sais pas où vous êtes lol).

Et oui Little0 je me rappelle de toi ^^ je suis contente que l’on se recroise ici !!

Gros bisous (de loin, avec un masque lol).

2 J'aimes